Nigeria : nouvelle poussée chiite en faveur du dirigeant détenu Ibrahim Zakzaky

Alain Chémali
Des heurts ont éclaté à Abuja le 9 juillet entre forces de l’ordre et partisans du chef chiite. La veille, l’Iran avait convoqué le chargé d’affaires nigérian pour s’inquiéter de la santé de ce dirigeant en détention.

Le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) a organisé le 9 juillet 2019 une manifestation aux abords de l’Assemblée nationale dans la capitale fédérale du pays Abuja pour réclamer la libération de son leader Ibrahim Zakzaky détenu depuis décembre 2015.

Du sang sur la route menant à l'Assemblée

Selon des témoins cités par l’AFP, la manifestation a dégénéré lorsque des manifestants ont réussi à prendre son fusil à l’un des policiers en faction devant l’entrée principale du bâtiment. "Ils se sont emparé du fusil de l'un d'entre eux et ont tiré sur un autre policier debout non loin de là, a raconté un témoin. Le type sur lequel ils ont tiré n'a été que blessé et a été rapidement été évacué vers la clinique de l'Assemblée nationale, ainsi que celui dont le fusil a été dérobé, parce qu'il avait des contusions à la tête à cause de l'attaque", a-t-il précisé.

Les forces de sécurité ont alors riposté en ouvrant le feu sur les manifestants blessant certains d’entre eux, selon des témoins. Un journaliste de l’agence française précise avoir vu des traces de sang sur la route menant à l’Assemblée, ainsi que des voitures aux pare-brise cassés par les personnes en fuite.

Des membres du MIN auraient tenté de pénétrer de force dans l’enceinte de l’Assemblée, rapporte de son côté RFI, expliquant que c’est ainsi que la police justifie son usage de la force. Deux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi