Nigeria: malaise au sein du PDP, principal parti de l’opposition

Au Nigeria, des dissensions internes perturbent la campagne du Parti démocrate du peuple (PDP), l'opposition officielle. Depuis plusieurs semaines, le gouverneur de l'État de Rivers - arrivé en deuxième position à l'issue de la primaire du parti - donne du fil à retordre à Abubakar Atiku, le candidat désigné pour concourir à l'élection présidentielle de février 2023. Les pontes du PDP s'activent pour tenter de régler cette crise qui n'en finit pas.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Déjà échaudé par sa défaite lors de la primaire de son parti, au mois de juin, le gouverneur de l'État de Rivers, Nyesom Wike, n'a apparemment pas non plus apprécié qu'Abubakar Atiku – le candidat officiel de l'opposition – ne le choisisse pas comme colistier et potentiel vice-président, préférant désigner le gouverneur de l'État de Delta.

Depuis lors, la confusion règne et les rumeurs se multiplient : Nyesom Wike empêcherait les membres du PDP de faire campagne pour Atiku, dans sa région. Il se serait rapproché du parti présidentiel (APC) et aurait même déposé un recours en justice visant à faire annuler les résultats de la primaire.

L'entourage de l'intéressé dément fermement et accuse les proches d'Abubakar Atiku de diffuser de fausses informations pour discréditer le gouverneur de Rivers.

Reste que cette affaire est bien symptomatique d'un malaise au sein du PDP.


Lire la suite sur RFI