Nigeria: l'utilisation des fonds détournés par l'ancien dictateur Sani Abacha fait débat

Les États-Unis et le Nigeria ont signé cette semaine un accord pour acter le rapatriement de 23 millions de dollars pillés et cachés à l'étranger par l'ancien dictateur Sani Abacha, qui a gouverné le pays entre 1993 et 1998. Mais la question de l'emploi de ces fonds dans le pays, qui s'enlise dans la crise économique, pose question.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

C'est une petite portion du butin détourné par Sani Abacha qui devrait bientôt être retourné au Nigeria. Les millions volés par l'ancien dictateur et sa famille ont été déposés sur des comptes en Suisse, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Tous ces pays ont rendu d'importantes sommes d'argents au Nigeria ces dernières années. En 2017, la Suisse avait par exemple annoncé la restitution de 321 millions de dollars d'actifs saisis dans le cadre d'une procédure pénale contre le fils du général Abacha.

L'ambassadrice des États-Unis au Nigeria a déclaré cette semaine que près de 335 millions de dollars volés par le général et sa famille ont été retournés par son pays jusqu'à présent.

La dernière tranche s'élève donc à 23 millions de dollars, une somme qui sera utilisée pour financer trois projets d'infrastructures : un pont sur le fleuve Niger, l'autoroute Lagos Ibadan et de la route Abuja-Kano.

Mais beaucoup craignent déjà que ce pactole soit de nouveau englouti par la corruption, alors que le Nigeria s'enfonce toujours plus dans la crise économique.


Lire la suite sur RFI