Nigeria: les jihadistes de l'Iswap multiplient les attentats dans des bars de l'Etat de Taraba

·2 min de lecture

L'Iswap, la branche ouest africaine de l'Etat Islamique a revendiqué samedi la seconde attaque qui s'est déroulé vendredi dans l'Etat de Taraba. Un Etat situé dans la partie centrale du Nigeria et frontalier du Cameroun. Et une nouvelle fois c'est un bar qui a été ciblé. 11 personnes ont été blessées.

Avec notre correspondant à Abuja, Moïse Gomis

Mardi dernier déjà, une bombe avait également explosé dans un bar de l'Etat de Taraba, tuant une dizaine de personnes. A chaque fois le même mode opératoire : un suspect se fait passer pour un client avant de déclencher son engin explosif.

L'anxiété monte auprès des habitants de Jalingo, la capitale de l'Etat de Taraba. Ils savaient la menace potentielle et rampante. Car en décembre dernier le gouverneur Darius Ishaku avait prévenu des tentatives d'infiltration de son territoire par des membres présumés de l'Iswap. Mais jamais jusque-là, les citoyens de cet Etat du centre Nord-Est n'imaginaient que prendre un verre dans bar pouvait conduire à la mort.

Une sinistre expérience que connaît très bien l'Etat de Yobe, où Boko Haram a commis ses premières attaques mortelles il y a plus d'une douzaine d'années dans l'extrême Nord-Est nigérian, et où encore 11 personnes ont perdu la vie suite un attentat perpétré par l'Iswap mercredi dernier.

En revendiquant coup sur coup, dans la même semaine, trois attaques à l'engin explosif dans des débits de boissons, l’Iswap confirme sa propension à cibler en priorité des non musulmans. Et comme son rival Boko Haram, ce groupe armé ne fait pas de trêve durant la période du ramadan.

Férocement combattu sur le pourtour du Lac Tchad par la force conjointe multinationale, l'Iswap semble vouloir ouvrir un nouveau front un peu plus au sud du Nord-Est du Nigeria.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles