Nigeria: des hommes armés font un massacre dans une église catholique faisant 21 morts

Vingt et un fidèles catholiques ont été tués dimanche, selon le gouvernement et la police, lors de l'office du matin à l'église catholique St Francis de la ville d'Owo, dans l'Etat d'Ondo (sud-ouest) - BFMTV
Vingt et un fidèles catholiques ont été tués dimanche, selon le gouvernement et la police, lors de l'office du matin à l'église catholique St Francis de la ville d'Owo, dans l'Etat d'Ondo (sud-ouest) - BFMTV

Un nombre encore indéterminé de personnes ont été tuées par des hommes armés dans une église catholique au Nigeria durant la messe de la Pentecôte dimanche, le pape François déplorant la mort de "dizaines de fidèles".

Cette attaque, dénoncée comme un "meurtre odieux de fidèles" par le président Muhammadu Buhari et qui n'a pas été revendiquée, s'est produite pendant l'office du matin à l'église catholique St Francis de la ville d'Owo, dans l'Etat d'Ondo (sud-ouest), habituellement épargné par les jihadistes et les bandes criminelles actifs dans d'autres régions du pays.

"Le pape a appris l'attaque (survenue) à l'église d'Ondo, au Nigeria, et la mort de dizaines de fidèles, dont de nombreux enfants, pendant la célébration de la Pentecôte", a indiqué le service de presse du Vatican dans un communiqué.

"Alors que les détails de l'incident sont en train d'être clarifiés, le pape François prie pour les victimes et pour le pays, douloureusement affectés lors d'un moment de célébration, et les confie au Seigneur, afin qu'il envoie son Esprit pour les consoler", a-t-il ajouté.

"Des tirs à travers les fenêtres"

Selon un premier bilan ce lundi des autorités locales, l'attaque durant la messe a fait 21 morts.

"De la dynamite a explosé dans l'église (...) les assaillants ne sont même pas entrés dans l'église, ils ont tiré à travers les fenêtres", a déclaré à l'Agence France-Presse (AFP) le porte-parole du gouverneur de l'Etat d'Ondo, Richard Olatunde.

Un témoin qui n'a pas voulu donner son nom disait dans un premier temps à l'AFP avoir aperçu au moins cinq hommes armés à l'intérieur de l'église avant de prendre la fuite.

Le gouverneur de l'Etat d'Ondo, Oluwarotimi Akeredolu, a appelé dans son communiqué les forces de sécurité à retrouver les assaillants après cette "attaque ignoble et satanique".

Selon la porte-parole de la police de l'Etat, ils ont attaqué l'église munis d'armes à feu et d'explosifs.

Nombreux foyers d'insécurité

L'attaque survient à la veille du lancement par l'APC, le parti au pouvoir, de ses primaires en vue de l'élection présidentielle de 2023 pour guigner la succession de Muhammadu Buhari, un ancien commandant de l'armée qui se retirera après deux mandats.

La sécurité reste un défi majeur dans le pays le plus peuplé d'Afrique et à la plus grande économie du continent.

Les attaques contre les sites religieux sont particulièrement sensibles au Nigeria, où les tensions s'exacerbent parfois entre les communautés d'un pays dont le sud est majoritairement chrétien et le nord majoritairement musulman.

Ce type d'attaque est toutefois rare dans le sud-ouest du pays, relativement paisible.

L'armée nigériane est en revanche confrontée à de nombreux foyers d'insécurité dans le reste du pays. Une insurrection jihadiste fait rage depuis 12 ans dans le nord-est, les gangs de pilleurs et de kidnappeurs terrorisent le nord-ouest et centre, et le sud-est est le théâtre de mouvements séparatistes.

Le groupe djihadiste Boko Haram, présent dans le nord-est du pays, a déjà pris pour cible des églises au long d'un conflit qui a fait 40.000 morts et 2 millions de déplacés au Nigeria.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles