Nigeria: une foule tue une femme soupçonnée d'être une kamikaze

Nigeria police detain suspicious people April 28, 2011 near a polling station during a security operation to stave ballot box-snatching in Bauchi, the capital of Bauchi state, nothern Nigeria.Two Nigerian states hit hard by deadly riots after presidential elections went back to the polls for governor races Thursday amid a security lockdown and with scores still displaced. Soldiers accompanied electoral officials to polls in Kaduna and Bauchi states and the electoral commission scrambled to find some 2,000 workers to replace those who refused to show up because of fears of violence. Police and military personnel in armoured vehicles patrolled the streets of Kaduna city, the capital of the same state, and set up roadblocks to search cars. Police kept a close eye on Bauchi city, the capital of that state. AFP PHOTO / Tony KARUMBA (AFP/Archives)

Une foule a lynché à mort, puis brûlé, dimanche dans la ville de Bauchi dans le nord-est du Nigeria, une jeune femme qu'elle soupçonnait de vouloir se faire exploser, ont indiqué la police et des témoins. "Vers 07H00 heures (06H00 GMT), les informations en notre possession ont révélé qu'une femme, dont l'identité n'est pas encore connue et qui avait refusé de se laisser fouiller à l'entrée du marché de Muda Lawal à Bauchi, a été attaquée par une foule en furie", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la police de l'Etat de Bauchi, Haruna Mohammed. Selon lui, la foule "a mis le feu à son corps". Elle est morte avant que la police n'ait pu intervenir pour la sauver. Les forces de l'ordre ont ensuite dispersé l'attroupement, mais n'ont procédé à aucune arrestation. Une témoin, Isa Safiyanu, a raconté à l'AFP que la femme, qui était accompagnée d'un homme, a éveillé les soupçons lorsqu'elle a refusé d'être contrôlée au détecteur de métaux à l'entrée de la gare routière, proche du marché, et qu'on a découvert deux bouteilles scotchées de chaque côté de sa taille. "Lorsqu'on a relevé son hijab au-dessus de sa tête, on a découvert deux bouteilles scotchées à sa taille et la foule a fondu sur la jeune femme", a-t-elle dit. "Ils l'ont frappée à mort et ont placé autour d'elle un vieux pneu qu'ils ont aspergé d'essence avant d'y mettre le feu." Selon une source policière ayant requis l'anonymat, il était peu probable que la femme transportait une bombe car celle-ci aurait explosé pendant l'attaque de ses agresseurs. "La seule explication plausible est qu'elle ait été envoyée en mission exploratoire afin de voir s'il était possible de pénétrer dans la gare routière sans être fouillé", a précisé cette source. Cette mise à mort fait suite à une série d'attentats-suicides ces jours derniers, attribués au groupe islamiste Boko Haram, dans des gares routières et surdes marchés du nord-est et du centre du Nigeria.