Nigeria: congrès du PDP et de l’APC pour les primaires en vue de l’élection présidentielle

Une séquence politique intense au Nigeria, alors que les deux principaux partis choisissent actuellement leurs candidats pour les postes de députés, sénateurs, gouverneurs et surtout pour la fonction suprême, la présidence du pays le plus peuplé d'Afrique dont les élections sont prévues en février 2023. Ce samedi 28 mai, c'est le PDP, l'opposition, qui ouvrira son congrès à Abuja, suivi de près, dès dimanche, par l'APC, le parti au pouvoir.

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

L'agitation est à son comble à Abuja, peu avant ce week-end de primaires pour la présidentielle nigériane. Mais l'avenir politique du pays se joue aussi dans les régions, où les candidats aux postes de gouverneurs commencent à émerger, donnant déjà quelques indications sur les dynamiques à l'oeuvre au sein des partis.

Ce week-end, les délégués seront à l'œuvre à Abuja. Ces représentants locaux sont les seuls habilités à voter lors des primaires indirectes des deux partis. Ils sont au nombre de 2 000 pour l'APC et d'un millier pour le PDP.

Des candidats départagés par les délégués

Ce système a donné lieu à des scènes surréalistes au niveau local ces derniers jours, lorsque des candidats déçus aux postes de gouverneur ont cherché à récupérer l'argent qu'ils avaient versé aux délégués censés voter pour eux. Ce système donne également beaucoup de pouvoir aux gouverneurs en place, puisqu'ils ont une très grande influence sur le choix des délégués.

À lire: Nigeria: les partis peinent à s'organiser pour choisir leur candidat à la présidentielle


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles