Nigeria: le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, de nouveau donné pour mort

·2 min de lecture

Un groupe jihadiste rival de Boko Haram assure que le chef terroriste s'est suicidé, mais l'homme a déjà été plusieurs fois donné pour mort, avant de réapparaître. L'armée nigériane dit enquêter sur le sujet.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, s'est suicidé lors de combats contre le groupe jihadiste rival de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), a affirmé celui-ci dans un enregistrement audio publié deux semaines après de premières informations faisant état de sa mort. Cet enregistrement a été remis à l'AFP par une source relayant habituellement les messages du groupe.

Boko Haram ne s'est pas exprimé sur la mort annoncée de son chef et l'armée nigériane dit enquêter sur le sujet. Il est nécessaire de rappeler qu'en plus de dix ans de conflit dans le nord-est du Nigeria, le chef du groupe jihadiste Boko Haram Abubakar Shekau a été donné pour mort au moins cinq fois, avant de réapparaître.

Annoncé mort en mai

Mi-mai, un groupe jihadiste rival lié au groupe État islamique a mené une opération contre lui dans le bastion de Boko Haram, la forêt de Sambisa. Selon des sources proches des services de renseignement, Abubakar Shekau s'était alors grièvement blessé en tentant de se tuer pour éviter d'être capturé.

La rumeur de sa mort avait ensuite déferlé sur les réseaux sociaux. Plusieurs médias et spécialistes de la région l'avaient annoncée, mais il n'était pas possible de vérifier cette information de sources indépendantes.

Dans son enregistrement, Iswap décrit comment ses troupes, envoyées dans l'enclave de Boko Haram, dans la forêt de Sambisa, ont découvert Shekau assis dans sa maison et ont engagé le combat. L'homme s'est échappé "errant à travers la brousse pendant cinq jours. Néanmoins les combattants (de l'Iswap) ont continué à le chercher et à le traquer", raconte la voix. Après l'avoir débusqué, les combattants d'Iswap l'ont sommé, lui et ses partisans, de se repentir, mais Shekau a refusé et s'est donné la mort, poursuit-elle.

L'Iswap, reconnu par l'État islamique, est né en 2016 d'une scission avec Boko Haram. Après être monté en puissance, il est désormais le groupe jihadiste dominant dans le Nord-Est du Nigeria.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles