Washington approuve la vente de 1 milliard de dollars d'équipement militaire au Nigeria

·1 min de lecture

Washington vient d'autoriser la vente d'hélicoptères d'attaque et d'équipements connexes au Nigeria pour une valeur avoisinant les 1 milliard de dollars. Washington réaffirme ainsi son soutien militaire à son partenaire stratégique en Afrique de l'Ouest confronté, depuis des années, à une insurrection jihadiste dans le Nord. Le Congrès américain avait retardé cette vente en raison d'inquiétudes concernant les engagements d'Abuja à protéger les civils dans les zones où sévissent les groupes armés.

Douze hélicoptères d'attaque AH-1Z Viper, mais aussi des systèmes de guidage et de vision nocturne, de l'armement ainsi qu'un package de formation pour les pilotes nigérians, voilà ce Washington va fournir à Abuja.

Il s'agit, selon les autorités américaines, de « mieux équiper le Nigeria pour promouvoir la stabilité régionale et renforcer l'interopérabilité avec les États-Unis et les autres partenaires occidentaux ». En clair, Washington soutient la lutte menée par le Nigeria contre les groupes armés djihadistes.

Cet important contrat avait été retardé par le Congrès américain, soucieux d'obtenir des engagements de la part des Nigérians à mieux protéger les populations civiles dans les zones troublées.

Washington normalise donc sa politique

de fourniture d'armes au géant ouest-africain, après les années Obama durant lesquelles plusieurs contrats avaient été gelés.

À lire aussi: Au Nigeria, Antony Blinken dresse les priorités de l'administration américaine en Afrique

L'an dernier, Abuja a d'ailleurs reçu les premiers avions d'attaque au sol de type Super Tucano, un contrat initialement bloqué par Barack Obama, à la suite d'une frappe nigériane sur un camp de réfugiés, et dégelé ensuite par son successeur, Donald Trump.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles