Le Niger en deuil après la mort de 21 personnes dans une attaque de "groupes armés terroristes"

Le ministère de la Défense du Niger a accusé mardi une "coalition de groupes armés terroristes" d'avoir attaqué un détachement de l'armée dans la région de Tillabéri, tuant 20 militaires et un civil. Il affirme également que "plusieurs dizaines de terroristes" ont aussi été tués dans cette attaque. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Vingt militaires et un civil ont été tués, mardi 25 juin, lors d'une attaque perpétrée par des "groupes armés terroristes" dans l'ouest du Niger, pays dirigé par un régime militaire qui a décrété trois jours de deuil national.

"Mardi 25 juin aux environs de 10 h (9 h GMT), un détachement des Forces de défense et de sécurité (FDS) en contrôle de zone a fait l'objet d’une attaque par une coalition de groupes armés terroristes", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué lu à la télévision nationale Télé Sahel. L'attaque a eu lieu "aux abords du village de Tassia", dans "la zone de Téra", a-t-il précisé.

Il fait état de "21 martyrs dont un civil", "9 blessés pris en charge à l'hôpital de Gothèye" et de "deux véhicules endommagés". "Plusieurs dizaines de terroristes" ont été tués, indique-t-il également et "des renforts aériens et terrestres sont actuellement déployés pour rechercher et détruire le reste des assaillants". "Un deuil national de trois jours sera observé à compter de demain mercredi 26 juin sur toute l’étendue du territoire national, les drapeaux seront mis en berne", a-t-il déclaré.

Zone des "trois frontières"

Dimanche, l'armée nigérienne a dit avoir tué un "membre" de l'État islamique dans cette région.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Burkina Faso : ce que l'on sait de l’attaque meurtrière de Mansila, près de la frontière nigérienne
Au Niger, l'immunité de l'ex-président Mohamed Bazoum levée par la Cour d'État
Le président sénégalais effectue ses premières visites au Mali et au Burkina Faso