Niger: afflux de réfugiés venus du Nigeria, arrivés dans la région frontalière de Maradi

Au Niger, il y a moins d'une semaine, plus de 1 400 personnes, fuyant les violences de bandes armées, sont arrivées dans plusieurs villages de la région de Maradi, à la frontière avec le Nigeria, selon les chiffres des Nations unies.

Ce déplacement de population, le premier mouvement d'ampleur depuis le début de l'année, fait augmenter les besoins d'aide d'urgence dans la zone.

La majorité sont des femmes et des enfants ; 1 400 personnes ont ainsi afflué vers trois localités de la région de Maradi, au Niger, en fin de semaine dernière, poussées par des violences entre bandes armées et groupes d'auto-défense qui se sont déroulées, quelques jours plus tôt dans la commune d'Isa, dans l'État de Sokoto, au Nigeria. Les populations ont été sommées de quitter les lieux dans les 72 heures.

« Pas de biens, pas de nourriture et pas de papiers d’identité »

Sur place, au Niger, plusieurs organisations sont à pied d'œuvre pour leur venir en aide. Parmi ces organisations, figure le Conseil norvégien pour les réfugiés. Selon Christelle Huré, responsable plaidoyer au bureau Afrique de l'ouest et centrale, ces personnes ont tout laissé derrière elles : « Pas de biens, pas de nourriture et pas de papiers d’identité. En termes de besoins, il y a bien entendu tout ce qui est nourriture, mais des besoins aussi en termes d'abri, en matière de santé et en matière d'accès à l'eau. Les nouveaux déplacements posent aussi des défis importants en termes de gestion des ressources pour les communautés qui sont déjà sur place et qui sont déjà très pauvres. »

« Relocaliser ces personnes »

Le mois dernier, le HCR recensait plus de 62 000 réfugiés nigérians dans la région de Maradi.


Lire la suite sur RFI