Nigéria: Des hommes armés libèrent plus de 1.800 prisonniers

·2 min de lecture
NIGÉRIA: DES HOMMES ARMÉS LIBÈRENT PLUS DE 1.800 PRISONNIERS

par Tife et Owolabi

YENAGOA, Nigeria (Reuters) - Plus de 1.800 détenus se sont échappés d'une prison nigériane située dans la ville d'Owerri, dans le sud-est du pays, après une attaque menée par des hommes armés de grenades lancées par roquette, de mitrailleuses, d'explosifs et de fusils, a fait savoir l'administration pénitentiaire.

La police nigériane soupçonne les Peuples autochtones du Biafra (IPOB), un groupe séparatiste interdit au Nigeria, d’être à l'origine de l'attaque, mais un porte-parole de l’IPOB a nié toute implication.

"Le centre de détention d'Owerri, dans l'État d'Imo, a été attaqué par des inconnus armés qui ont libéré par la force un total de 1.844 détenus", a expliqué dans un communiqué publié lundi soir un porte-parole de l'administration pénitentiaire nigériane. L’attaque a eu lieu vers 2h15 du matin lundi, a-t-il précisé.

Les assaillants ont utilisé des explosifs pour faire sauter le bâtiment administratif de la prison et ont ensuite pénétré dans la cour de la prison, a indiqué la police dans un communiqué distinct.

Les tensions se sont accrues dans le sud-est du pays ces derniers mois après des accusations selon lesquelles une banche paramilitaire de l'IPOB, connue sous le nom de Eastern Security Network, a été impliquée dans des affrontements avec l'armée.

Depuis janvier, plusieurs postes de police ont été attaqués dans le sud-est du Nigeria et de grandes quantités de munitions y ont été dérobées. Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de ces attaques.

Les mouvements sécessionnistes dans le sud-est du pays s’ajoutent aux nombreux autres problèmes de sécurité auxquels doit faire face le président nigérien Muhammadu Buhari.

En effet, en plus des multiples enlèvements d’écoliers dans le nord-ouest et des actes de piraterie dans le golfe de Guinée, le Nigeria est également en proie depuis dix ans à une insurrection islamiste dans le nord-est.

(Tife Owolabi et AnamesereIgboeroteonwu, version française Laura Marchioro, édité par Jean-Michel Bélot)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles