Nicosie freine les sanctions contre Minsk, selon des sources

·1 min de lecture
NICOSIE FREINE LES SANCTIONS CONTRE MINSK, SELON DES SOURCES

BRUXELLES (Reuters) - Chypre freine l'instauration de sanctions contre la Biélorussie afin d'attirer l'attention de ses partenaires européens sur son contentieux avec la Turquie, a-t-on appris jeudi de plusieurs sources diplomatiques, une accusation réfutée par les autorités de Nicosie.

Les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé un projet de sanctions contre Minsk, où la contestation est sévèrement réprimée par le régime d'Alexander Loukachenko près d'un mois après sa réélection controversée à un sixième mandat de chef de l'Etat.

Chypre a toutefois émis des réserves, disant avoir besoin de temps pour évaluer le projet de sanctions, invoquant un manque de moyens pour les analyser.

Plusieurs Etats de l'Union considèrent toutefois que Chypre cherche ainsi à faire pression sur le bloc pour qu'il instaure des sanctions semblables à l'encontre de la Turquie qui intensifie ses activités en Méditerranée orientale, alimentant les tensions régionales.

Ces tensions se concentrent entre autres sur les ressources en hydrocarbures depuis l'envoi par Ankara d'un navire d'exploration dans une zone contestée de la Méditerranée orientale.

Chypre a tenté en juin de faire adopter des sanctions contre plusieurs entreprises et personnalités turques, mais le gouvernement de Nicosie s'est heurté à la volonté de plusieurs Etats, l'Allemagne notamment, de résoudre ce contentieux par le dialogue.

Cette question sera abordée ce jeudi en Corse où le président français, Emmanuel Macron, accueille un sommet des pays du sud de l'Union européenne.

(Robin Emmott Gabriela Baczynska et John Chalmers; version française Nicolas Delame, édité par Jean-Michel Bélot)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles