Nicolas Sarkozy vacciné en janvier : "Il a le droit au secret médical" selon Olivier Véran

·1 min de lecture

Les moins de 75 ans, sauf les personnes présentant des pathologies à risque, ne sont pas concernés par la vaccination. Pourtant, Nicolas Sarkozy a reçu sa première injection contre la Covid-19 à l'hôpital militaire de Percy situé à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, en janvier dernier. Problème : l’ancien président de la République n’a que 66 ans. En marge de son point presse hebdomadaire sur la situation sanitaire en France, ce jeudi 18 février, Olivier Véran - lui aussi vacciné - a été questionné sur la dose de vaccin reçu par l’ex-chef de l’Etat, qui reste tout de même en colère. Le ministre de la Santé n’a pas daigné s’attarder sur le sujet.

Olivier Véran a en effet balayé d’un revers de main les curiosités autour de cette vaccination. "Il en va de Nicolas Sarkozy comme de n’importe quel Français : il a le droit au secret médical, je n’ai pas à en connaître", a-t-il affirmé, comme l’a rapporté le Huffington Post le même jour. L’homme politique a ensuite ajouté : "Pas de commentaire." D’après les révélations de nos confrères de franceinfo, le médecin de la ville lui aurait injecté une dose pour des raisons de "pathologie à haut risque". La nature de cette maladie n’a donc pas été précisée, tout comme le type et la marque du vaccin utilisés. Selon le calendrier vaccinal, disponible sur le site du ministère de la Santé, dont se fait l’écho la chaîne d’information en continu, les personnes concernées doivent recevoir le vaccin ARN de messager de Pfizer / BioNtech ou Moderna. L’entourage (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"À force de voir tes Clodettes toutes nues" : Claude François a l’origine d’un changement radical
Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols : le journaliste porte plainte pour dénonciation calomnieuse
Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols : pourquoi Florence Porcel a consenti à une nouvelle relation sexuelle
VIDÉO - Téléfilm avec Richard Berry déprogrammé : pour François Berléand, "France 3 a décidé qu'il était coupable"
Patrick Poivre d'Arvor accusé de « viols » : ces « questions franches et embarrassantes » qu’il aurait posées à Florence Porcel