Nicolas Sarkozy reçoit une candidate LREM, sa rivale LR a "honte pour lui"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Brigitte Kuster est la candidate LR de la 4e circonscription de Paris. Elle affrontera Astrid Panosyan-Bouvet, candidate LREM... qui a échangé avec Nicolas Sarkozy, au grand dam de LR. (Photo: Gonzalo Fuentes via Reuters)
Brigitte Kuster est la candidate LR de la 4e circonscription de Paris. Elle affrontera Astrid Panosyan-Bouvet, candidate LREM... qui a échangé avec Nicolas Sarkozy, au grand dam de LR. (Photo: Gonzalo Fuentes via Reuters)

Brigitte Kuster est la candidate LR de la 4e circonscription de Paris. Elle affrontera Astrid Panosyan-Bouvet, candidate LREM... qui a échangé avec Nicolas Sarkozy, au grand dam de LR. (Photo: Gonzalo Fuentes via Reuters)

POLITIQUE - Nicolas Sarkozy perd décidément sa cote auprès de son parti historique Les Républicains. Brigitte Kuster, candidate LR à sa réélection dans la 4e circonscription de Paris, n’a pas de mots assez durs pour fustiger la rencontre entre l’ancien président et sa rivale LREM, dévoilée dans les colonnes du Parisien.

“J’ai honte pour lui devant une telle trahison”, lâche Brigitte Kuster dans Le Figaromercredi 15 juin. La “trahison” en question consiste en un échange entre Nicolas Sarkozy et Astrid Panosyan-Bouvet, co-fondatrice d’En Marche proche d’Emmanuel Macron et candidate à Paris, en ballottage favorable face à Brigitte Kuster.

“Alors que je suis en pleine remontada localement... J’en ai réussi une la dernière fois, j’ai bien l’intention de réussir à nouveau. Et je ferai ça sans lui”, assure Brigitte Kuster. Avec 28,9% au premier tour, elle accuse 13 points de retard sur Astrid Panosyan-Bouvet.

Selon l’équipe de campagne LREM, Nicolas Sarkozy et la candidate LREM ont échangé sur “la situation politique, la recherche d’une majorité stable et la poussée de la NUPES et de l’extrême gauche”. Sauf que dans la 4e circonscription, la NUPES a été éliminée au premier tour.

“Incompréhensible” pour Copé

Brigitte Kuster peut compter sur le soutien de plusieurs figures du parti, dont Jean-François Copé. “Peu importe les divergences que l’on peut avoir les uns envers les autres… cette visite est incompréhensible”, écrit le maire de Meaux sur Twitter. “Minable. Indigne. Traître”, s’indigne aussi Geoffroy Boulard, qui a succédé à Brigitte Kuster à la mairie du 17e arrondissement.

Auprès du Parisien, l’entourage de Nicolas Sarkozy assure que “si Brigitte Kuster avait demandé à voir Nicolas Sarkozy, celui-ci l’aurait également reçu”. Mais selon RTL, celle-ci n’a plus aucune envie de revoir l’ancien président: “On ne demande pas de rendez-vous à quelqu’un qui vous trahit”, réplique-t-elle.

La campagne présidentielle avait déjà pré-acté l’éloignement entre Nicolas Sarkozy et Les Républicains. L’ancien président n’a jamais soutenu Valérie Pécresse, mais il s’est fendu d’un long message après le premier tour pour appeler son camp à soutenir Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

Le divorce sera-t-il consommé pendant les législatives, en même temps que le mariage avec LREM? Sur franceinfo le 13 juin, la vice-présidente des Républicains Florence Portelli n’avait pas hésité à qualifié Sarkozy de “petit télégraphiste de Thierry Solère”.

À voir également sur Le HuffPost: Le nom de Nicolas Sarkozy sifflé par le public au meeting de Valérie Pécresse

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles