Nicolas Sarkozy fustige le "soulèvement partisan et la violence sociale" de ceux qui veulent "allumer partout des feux de haine et de discorde"

franceinfo avec AFP

"La République est un idéal de concorde", a affirmé, lundi 20 janvier, l'ancien président Nicolas Sarkozy, en s'inquiétant des "scènes de violences" des derniers mois et fustigeant ceux qui essaient d'allumer "partout des feux de haine". "La République française ce n'est pas les scènes de violence auxquelles nous assistons depuis des mois", a-t-il lancé lors d'une cérémonie de voeux du numéro 2 des Républicains, Guillaume Peltier, à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher).


Devant une salle d'un millier de personnes, il a averti : "Ce qui ne s'exprime plus dans le cadre républicain tourne nécessairement au soulèvement partisan et à la violence sociale", et vilipendé "ceux qui abiment" l'idée de République "en essayant d'allumer partout des feux de haine et de discorde".

"Qu'on ne confonde pas égalité de droits et égalitarisme"

Rappelant que la République avait "trouvé sa place dans le coeur des Français a partir du moment ou elle est synonyme de sécurité, de concorde, de paix civile", il a averti : "chaque fois que la République a semé la division, elle est tombée de toute sa (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi