Nicolas Sarkozy, François Hollande, Emmanuel Macron : Gérard Lanvin pas tendre avec les trois derniers présidents

·1 min de lecture

Gérard Lanvin a été sans filtre, ce dimanche 18 avril, dans Sept à Huit. Une interview où l'acteur a tiré sur tout ce qui bouge. Les réseaux sociaux, d'abord, terre de "sans-co*illes derrière leurs écrans", selon lui. "C’est de la dénonciation, c’est de la délation. C’est une époque minable", fulmine-t-il. En fin d'interview, Gérard Lanvin s'en est ensuite pris à la "grande famille du cinéma", qui n'existerait pas, selon lui. "C'est une plaisanterie, ajoute-t-il en gloussant. Ce sont des gens qui sont dans l'émotion d'être connus ou reconnus". Au détour d'une question, l'acteur affiche également son mépris pour les César. Enfin, les politiques ont aussi été rhabillés pour l'hiver.

En ce moment, Gérard Lanvin fait la promotion d'un album, préparé avec son fils. Dans une chanson, Entre le dire et le faire, celui qui se lance dans la musique fustige les trois derniers présidents de la République, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron, avec un couplet au vitriol pour chacun d'entre eux.

Face à Audrey Crespo-Mara, Gérard Lanvin n'a pas été plus tendre. "On ne retient rien, politiquement, d'eux, remarque Gérard Lanvin. On ne retient que quelques événements que j'ai mis dans cette chanson". A titre d'exemple, l'acteur cite une phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en pleine conférence présidentielle, en 2014. "Avec Carla, c'est du sérieux", a dit le chef de l'Etat aux journalistes, en évoquant son couple alors récent avec la chanteuse Carla Bruni. "Mais qu'est-ce qu'on (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Steevy Boulay dévoile son salaire pour Les grosses têtes
Simon Duhamel emprisonné : ce grand événement que le fils d'Olivier Duhamel ne veut surtout pas rater
PHOTO Amel Bent célèbre l’anniversaire de son frère avec un cliché d'eux enfants
Emeline (Mariés au premier regard) : sa première réaction en voyant Frédéric n'est pas celle que vous croyez
VIDEO Guillaume Labbé : pourquoi sa participation au calendrier des Dieux du Stade n'est pas qu'un bon souvenir ?