Nicolas Sarkozy fait le show à son procès : il ne se laisse pas faire

·1 min de lecture

Sa retraite politique, Nicolas Sarkozy la vit sous pression. Mais l’ancien président de la République ne se laisse pas abattre. Ce lundi 23 novembre s’ouvrait son procès pour “corruption” dans l'affaire dite des “écoutes”, également connue sous le nom de “Bismuth”. Pour la première journée d’audience, prévue pour durer trois semaines, le tribunal correctionnel de Paris a tenu à vérifier son identité. D’après les informations du Parisien, paru en kiosque ce mardi 24 novembre, l’ex-chef de l’État en a profité pour blaguer.

Sarkozy de Nagy-Bocsa, tel est son patronyme. L'intéressé assure, néanmoins, que “Sarkozy, c’est suffisant”. Pour lui, peut-être. “Mais, pour le casier judiciaire, on a besoin de l’identité complète”, a expliqué la présidente, Christine Mée. L’homme politique de 65 ans, pourtant dans de beaux draps, s’est amusé de la situation. “Pour l’instant, je n’en ai pas eu besoin.” Ce sens de l’humour, l’ancien président de la République le dégaine aussi vite que son ombre. Celui qui ne s’avoue jamais vaincu ne laisse jamais les plaisanteries de côté, quelle que soit la situation. En 2016, Nicolas Sarkozy défendait corps et âme les centrales nucléaires menacées de fermeture à Fessenheim (Haut-Rhin). Devant ses militants, il s’était également donné en spectacle : “On a peur de quoi, d’un tsunami sur le Rhin ?”.

Avec son humour, Nicolas Sarkozy a atteint les sommets de la gloire. En 2015, celui que Dominique de Villepin et Patrick Buisson avaient surnommé “Naboléon" avait remporté (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« Darmanin ferait mieux de faire attention », le ministre au bord du carton rouge ?
"C'était humiliant" : Yannick Noah bizuté à 12 ans, il raconte
« Stéphane Plaza se fout de ma gueule » : avec Karine Le Marchand, ils se chamaillent déjà
Le roi et la reine de Thaïlande : même le Premier ministre rampe devant eux, cette vidéo déroutante
VIDEO - "Vous savez ma crainte ?" : chez Pascal Praud, le maire d'Orléans retient ses larmes