Nicolas Sarkozy condamné : « Une bataille qui lui donne du carburant » selon François Baroin

·1 min de lecture

Dans la tourmente, Nicolas Sarkozy peut compter sur le soutien de sa famille, mais également de ses amis. Le 1er mars, l'ex-président de la République a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, dans l'affaire dite "des écoutes". Déclaré coupable de corruption et de trafic d'influence, l'homme politique a annoncé, par le biais de son avocate, qu'il ferait appel de cette condamnation. Suite à ce jugement, plusieurs personnalités, de droite comme de gauche, ont eu une pensée pour l'ancien locataire de l'Élysée. Parmi eux, Emmanuel Macron, Anne Hidalgo, François Fillon ou encore François Baroin. Ce dernier est persuadé que Nicolas Sarkozy se battra jusqu'au bout. À l'image de son épouse, il se montre combatif pour rétablir son honneur : "Une bataille de principe qui lui donne du carburant et une juste cause pour les libertés, notamment celle d'interdire les écoutes entre un avocat et un client", a observé le compagnon de Michèle Laroque, dans le nouveau numéro de Paris Match, paru en kiosque ce jeudi 11 mars.

François Baroin ne croit pas si bien dire... "Je l'ai vu bien plus au fond du trou", a reconnu l'un de ses collaborateurs auprès de nos confrères. Selon des propos rapportés par Le Monde, Me Jacqueline Laffont, l'avocate de Nicolas Sarkozy, a qualifié ce jugement d'"extrêmement sévère" et "totalement infondé et injustifié." Elle a par ailleurs souligné que son client était "calme mais déterminé à poursuivre la démonstration de son innocence." Le ton est donné. Auprès (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Meghan Markle privée de son passeport et de ses clés : ce qui se cache derrière ces accusations
"Une forme de surprise" : Jean Castex ne s'attendait pas à être Premier ministre
Roselyne Bachelot étrillée : "Le meilleur conseil que je puisse lui donner, c’est de démissionner"
L'entourage de Marine Le Pen cinglant avec Eric Dupond-Moretti : "C'est une petite machine politique"
VIDEO - Marine Le Pen ne voulait pas d'une célèbre journaliste pour le débat avec Emmanuel Macron