Nicolas Sarkozy condamné à de la prison ferme : son ex Cécilia Attias a une intrigante réaction

·1 min de lecture

Le verdict est tombé : ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison dont un avec sursis pour "corruption" et "trafic d'influence". En 2014, l'ancien chef de l'Etat aurait tenté d'obtenir d’un magistrat à la Cour de cassation, Gilbert Azibert, des informations confidentielles le concernant après avoir obtenu un non-lieu dans l’affaire Bettencourt. En échange, il lui aurait proposé un poste de prestige à Monaco. Des accusations que l'homme politique de 66 ans réfute fermement, lui qui a déjà annoncé faire appel de la décision.

Pour laver son honneur, Nicolas Sarkozy peut compter sur le soutien de très nombreux élus de droite et même de Gérard Darmanin, le ministre de l'Intérieur. "Chacun sait l’affection et le respect que j’ai pour Nicolas Sarkozy, qui a été un grand président de la République et qui, en ces moments difficiles, a mon soutien amical. Je n’oublie pas tout ce qu’il a apporté à notre pays", a déclaré le proche collaborateur d'Emmanuel Macron en marge d’un déplacement dans le Gard.

Outre ses alliés de la classe politique, Nicolas Sarkozy a le soutien aveugle de Carla Bruni, son épouse depuis 2008. Bien qu'absente de l'audience au tribunal, cette dernière lui a adressé un tendre message peu après sa condamnation. "Quel acharnement insensé mon amour... le combat continue, la vérité fera jour", a-t-elle écrit en légende d'un cliché où tous deux apparaissent tête contre tête.

Mais de façon plus étonnante, le successeur de Jacques Chirac semble (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Johnny Hallyday : Linda Hardy évoque son histoire avec le rocker qui "manque énormément"
VIDEO Orlando, le frère de Dalida, en colère contre les récents témoignages sur l'inceste
Affaire de sorcellerie : Maeva Ghennam perd 5 kilos en quatre jours
Darius Rochebin : son retour sur LCI à nouveau repoussé
Richard Berry accusé d'inceste : il aurait "demandé pardon" à sa fille mais aurait "du mal à assumer"