Nicolas Nordman, adjoint chargé de la sécurité à Paris : "Ce sera une vraie police de proximité"

·1 min de lecture

L'Assemblée nationale s'apprête à examiner - le 17 novembre en première lecture - une proposition de loi relative à la "sécurité globale"*. L'article 4 crée un cadre légal permettant de doter Paris d'une police municipale. Qu'en attendez-vous?
Nous allons enfin pouvoir mettre en œuvre cet engagement fort d'Anne Hidalgo. Cette loi a été plusieurs fois différée depuis un an. Le gouvernement a préféré laisser passer les élections municipales. La création d'une police municipale de droit commun dans notre ville, c'est un événement historique ! Paris, qui vit sous un statut particulier depuis l'arrêté du 12 messidor an VIII [1er juillet 1800], va pouvoir devenir une ville presque comme les autres, et donc agir de manière très concrète sur la sécurité et la tranquillité publique.

C'est aussi un revirement : jusqu'ici, aucun maire de Paris, de Jacques Chirac à Anne Hidalgo, en passant par Bertrand Delanoë, ne voulait entendre parler de police municipale…
C'est une évolution naturelle. L'anomalie institutionnelle parisienne s'efface petit à petit. La loi de 2017, par exemple, a confié les compétences de circulation et de stationnement au maire de Paris. Les 1 200 ASP [agents de surveillance de Paris, les anciennes pervenches] ont été, à cette occasion, transférés de la préfecture de police à la Ville. Aujourd'hui, la maire a davantage de compétences mais n'a pas encore les moyens juridiques de les exercer pleinement.

Est-ce une réponse à l'explosion de la délinquance à Paris ces de...


Lire la suite sur LeJDD