Nicolas Hulot: une ex-militante EELV dit avoir été écartée de sa campagne car elle "l'excitait trop"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La jeune femme a révélé l'identité de l'homme qu'elle évoquait anonymement dans un tweet posté en 2017 lors de l'éclatement de l'affaire #MeToo ou #BalanceTonPorc.

Pauline Lavaud, ancienne militante Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), a raconté au micro de BFMTV ce vendredi avoir été écartée de la campagne de Nicolas Hulot pour la primaire interne d'EELV en 2011 car "elle l'excitait trop", révélant ainsi l'identité de l'homme qu'elle évoquait anonymement dans un tweet posté en 2017 lors de l'éclatement de l'affaire #MeToo ou #BalanceTonPorc. 

La jeune femme, qui précise ne pas avoir subi d'agression ou d'abus sexuels de la part de Nicolas Hulot, affirme s'être reconnue dans les témoignages livrées dans l'émission Envoyé Spécial diffusée jeudi par plusieurs femmes accusant le militant écologiste d'agressions sexuelles et de viols. 

Pauline Lavaud se décrit en 2011 au moment des faits comme une "jeune militante" "très enthousiaste face à la candidature de Nicolas Hulot à la primaire interne d'EELV". Le soir, lors d'un déplacement avec le candidat, Nicolas Hulot l'appelle "tard, vers 23 heures". 

"Je n'avais pas vraiment compris l'objet de son appel", explique-t-elle. "Suite à ça, il m'avait envoyé un SMS pour me souhaiter 'bonne nuit' donc là j'avais compris que ce n'était pas un appel professionnel", précise Pauline Lavaud. 

"Quelques jours après cet échange, à l'issue du débat entre les candidats, une personne de son équipe est venue me voir spontanément pour me dire que je n'allais pas pouvoir faire partie de l'équipe de campagne parce que j'excitais trop le candidat", raconte l'ancienne militante, qui quitte ensuite la campagne du candidat écologiste. "Je me suis sentie ultra humiliée" et "meurtrie par ces paroles", confie-t-elle.

"J'ai eu de la chance"

L'ancienne militante dénonce dans son témoignage un "système" entourant l'ex-prétendant à l'Elysée, affirmant que son équipe était "au courant de sa tendance à agresser les femmes". "Ces personnes ne cherchaient pas à protéger les femmes, elles cherchaient à protéger le candidat", lance-t-elle.

Pauline Lavaud affirme s'être identifiée aux femmes qui ont témoigné dans l'émission Envoyé spécial diffusée ce jeudi sur France 2, notamment la militante Claire Nouvian qui a évoqué une scène similaire. "Les profils sont les mêmes, ce sont des jeunes femmes qui débutent leur carrière professionnelle, qui sont peut-être impressionnées par le personnage", explique-t-elle. "J'ai eu de la chance", souligne-t-elle.

"Je crois ces femmes", a-t-elle déclaré à propos de leurs témoignages, concernant des faits supposés aujourd'hui prescrits. Elle encourage également les femmes à ne plus se taire sur les questions de violences sexuelles. "On peut toutes parler et raconter", appelle-t-elle. 876450610001_6283835794001

Dans un épisode d'Envoyé Spécial, six femmes accusent Nicolas Hulot de faits d'agressions sexuelles et d'un viol. Les faits, prescrits, auraient eu lieu entre 1989 et 2008. L'ancien ministre nie les faits et a annoncé son retrait de la vie publique sur BFMTV.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Nicolas Hulot : deux victimes présumées livrent des témoignages saisissants

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles