Nicolas Cantin, les oreilles du cinéma français

·1 min de lecture

Au cinéma, les silences sont d'argent et le son est d'or. Souvent moins évidente ou perceptible que la qualité de l'image, l'ambiance sonore n'en est pas moins essentielle à la réussite d'un film. Elle est parfois même un personnage à part entière, comme dans Le Chant du loup (2019), d'Antonin Baudry, immersion sensorielle à bord de deux sous-marins de l'armée française confrontés à une grave crise internationale. Césarisé pour ce thriller en eaux profondes, conjointement avec le monteur son et le mixeur, Nicolas Cantin est ingénieur du son depuis plus de quinze ans.

"

La voix, c'est de l'émotion, quelque chose d'extraordinaire, et je dois parvenir à capter cet extraordinaire

"

Son métier consiste à restituer au mieux les voix des acteurs et les bruits produits lors du tournage tout en veillant à leur cohérence avec l'image. Il est aidé dans sa tâche par un perchiste et un second assistant. "Il faut que le spectateur puisse ressentir la vie, la fébrilité, un chat dans la gorge, explique-t-il. Que ce ne soit pas seulement des mots audibles et compréhensibles. La voix, c'est de l'émotion, quelque chose d'extraordinaire, et je dois parvenir à capter cet extraordinaire."

Egalement musicien

Il recueille également de la matière additionnelle pour faciliter le montage et éviter le recours à certains bruitages en post-production : des "sons seuls", enregistrés lorsqu'un comédien rejoue une scène sans être filmé, dialoguée ou non. "Je me souviens que sur Personal Shopper, d'Olivier Assa...


Lire la suite sur LeJDD