Nicolas Bedos toujours en colère : il veut qu'on "vire" Jean Castex

·1 min de lecture

Nicolas Bedos est au bout du rouleau. Après un premier confinement en mars dernier, le réalisateur de 41 ans ne supporte plus les mesures du gouvernement prises pour enrayer l'épidémie de Covid-19. Le fils du défunt Guy Bedos a notamment suscité la polémique après avoir appelé les Français à baisser les masques à la suite des annonces de la fermeture des bars et restaurants à 22h. Et l'instauration du couvre-feu à 21h puis du confinement a fini d'achever le comédien qui ne cesse de crier sa colère sur les réseaux sociaux, notamment en raison de la fermeture des librairies. Après ces nombreux coups de sang sur Instagram, Nicolas Bedos s'est finalement montré d'humeur nostalgique sur la story de son compte Instagram. "C'était il y a un an et ça paraît si loin. Si loin", a-t-il écrit en postant la bande-annonce de son film La belle époque. "Faudrait monter ’Les voyageurs du temps’ aujourd'hui. Ça me ferait du bien... J'irais en 2019". Un petit moment d'accalmie avant avant que l'acteur reprenne de plus belle ses remontrances contre le gouvernement.

Sur la story de son compte Instagram, Nicolas Bedos a publié une photo de Jean Castex. Il a demandé à ce que le premier ministre disparaisse du gouvernement. "Cher papa Noël, virez-le moi", a-t-il écrit. Le comédien a également pris le temps de répondre une internaute, une certaine Camille F, qui lui a visiblement reproché ses nombreuses prises de position. "Voilà de longues années que j'écris des articles et des films qui font l'apologie (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Maddy Burciaga en pleine polémique : sa justification remise en cause par Hugo Clément
VIDEO Cyril Hanouna : ce qu'il s'est permis de faire en plein direct pour Gad Elmaleh
Roberto Alagna : coincé pendant l’attaque terroriste de Vienne, il raconte sa nuit d’horreur
Melania Trump filmée en train d'aller voter : un détail choque les Américains
Michel Drucker en soins intensifs : l'animateur a été opéré d'urgence une seconde fois