Nicolas Bedos estomaqué face à des images de son père, Guy Bedos, qu'il n'avait jamais vues (VIDEO)

·1 min de lecture

Nicolas Bedos présente son film OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, avec Jean Dujardin, en clôture de la 74e édition du Festival de Cannes ce samedi 17 juillet. À la veille de cet événement, il était l'invité de Cannes à la maison sur France 2. L'occasion pour Anne-Élisabeth Lemoine de lui présenter une archive méconnue de son père Guy Bedos : un extrait du sketch Festival datant du 10 mars 1962. Questionné sur ses lectures, Guy Bedos répond "OSS 117, et puis des philosophes." Entendre son père dire "OSS 117" dans ce sketch, soixante ans avant la sortie de son film, a véritablement bouleversé Nicolas Bedos. "Vous ne connaissiez pas ces images ?", lui a demandé Anne-Élisabeth Lemoine. "Non pas du tout, pas du tout. C'est incroyable, oui", a lancé le fils de Guy Bedos. "On s'est dit que c'était un signe fabuleux", s'est expliquée l'animatrice face au réalisateur de 42 ans qui ne semblait pas en croire ses yeux ni ses oreilles.

"Bon bah voilà... C'est déroutant, c'est déroutant et puis c'est toujours...", a-t-il lancé sans parvenir à finir sa phrase, préférant finalement commenter le jeu d'acteur de son père lors de ce sketch. "C'est très dur ce qu'il fait, parce qu'il joue quelque chose de hagard. C'était l'époque où les jeunes comédiens français voulaient tous être James Dean. Il en parlait souvent : ce regard comme ça et cette fausse naïveté, cette fausse modestie que certains continuent à jouer très bien sur votre plateau de temps en temps", a poursuivi Nicolas Bedos dans (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Philippe Lellouche s'en prend à la Nuit des Molières : "C'est ch… à mourir !" (VIDEO)
"Voilà une icône" : Jacques Dutronc se confie avec tendresse au sujet de Françoise Hardy
Le témoignage glaçant de Mila dans Sept à huit : "Peut-être que je serai morte dans cinq ans"
Olivier Minne revient sur sa période de vaches maigres : "Je ne pouvais plus payer mon loyer, ni ma bouffe"
"On donne moins la parole aux femmes à partir de 45 ans" : les regrets de Linda Hardy (VIDEO)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles