Nicolas Baverez – Japon : jeux interdits

·1 min de lecture
Le nouveau stade olympique de Tokyo n'accueillera pas de spectateurs étrangers, une première fois dans l’histoire des JO.
Le nouveau stade olympique de Tokyo n'accueillera pas de spectateurs étrangers, une première fois dans l’histoire des JO.

Pierre de Coubertin soulignait que « le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ». La formule n'a jamais paru plus juste à huit semaines de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, qui sont pour l'heure tout entiers placés sous le signe de la peur, de la fatigue et de la difficulté.

En 1964, les Jeux organisés à Tokyo avaient symbolisé la modernisation du Japon et sa réintégration dans la communauté des nations. En 2020, près de dix ans après la terrible catastrophe de Fukushima, ils devaient incarner la reconstruction du pays, témoignant à la fois de la sortie de la catastrophe, de sa maîtrise des technologies numériques et de l'apaisement des tensions géopolitiques en Asie-Pacifique ? devenue la région la plus prospère mais aussi la plus dangereuse du monde. C'était sans compter l'épidémie de Covid-19.

Sous l'optimisme forcé de Thomas Bach, président du Comité international olympique, dont l'unique préoccupation consiste à encaisser les droits télévisuels qui permettront de renflouer son organisation, jamais des Jeux ne se seront déroulés dans de telles conditions ? y compris dans les années 1930 ou au c?ur de la guerre froide. Les Jeux de Tokyo se tiendront bien du 23 juillet au 8 août prochains. Mais hors l'esprit olympique.

À LIRE AUSSIDémission du patron des JO de Tokyo : coulisses d'un psychodrame

En retard sur la vaccination

Censés symboliser la vocation commune de l'humanité et la fraterni [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles