Les niches fiscales "mériteraient un toilettage" selon Olivier Rozenfeld

franceinfo
Alors qu'Emmanuel Macron n'est pas favorable à une remise à plat des niches fiscales, le président de Fidroit, une société spécialisés en organisation patrimoniale, estime que celles-ci devraient être revues.

"Ces niches fiscales mériteraient un toilettage", estime vendredi 8 février Olivier Rozenfeld, président de Fidroit (société de conseil en organisation patrimoniale), au micro de franceinfo. Selon nos informations, Emmanuel Macron n'est pas favorable à leur remise à plat, contrairement au ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Pour Olivier Rozenfeld, il est pourtant important "d'estomper cette opposition entre ceux que l'on appelle les riches et ceux que l'on nomme les pauvres".

franceinfo : Combien de niches fiscales y a-t-il en France aujourd’hui ?

Olivier Rozenfeld : Quasiment 500. Mais il faut reconnaître que celles qui sont divisées ou font l'objet de commentaires sont de l'ordre de quelques dizaines, celles qui permettent à des gens aisés de réduire leur pression fiscale. Je pense par exemple à ceux qui emploient une personne à domicile. Chaque année, l'impôt sur le revenu rapporte peu ou prou 75 milliards, moins que les recettes associées à la CSG. Les niches fiscales dont nous parlons coûtent environ 14 milliards d’euros à l'Etat chaque année.

Qui est concerné par ces niches fiscales ? Seulement les plus riches ?

Ces niches fiscales sont de deux ordres. Vous avez des opérations qui permettent d'obtenir une déduction du revenu global et l'avantage (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi