Nice : deux ex-présidents du tribunal de commerce en garde à vue

·1 min de lecture
Le Negresco à Nice.
Le Negresco à Nice.

Bientôt dix ans que le Negresco, fleuron de l'hôtellerie française, est au c?ur de multiples batailles judiciaires. Revenu aux bénéfices alors qu'il tournait à perte en 2011, selon la direction, le Negresco est le dernier palace familial de l'Hexagone resté français, doté du label « entreprise du patrimoine vivant » valorisant le savoir-faire tricolore. En raison de sa renommée, il pourrait valoir entre 300 et 400 millions d'euros, selon une estimation de 2016, sans compter le mobilier et les ?uvres d'art. Sans descendants, Jeanne Augier, morte en 2019 à l'âge de 95 ans, avait créé dix ans plus tôt un fonds de dotation (« Mesnage-Augier-Negresco ») destiné à gérer son patrimoine après sa disparition. Les bénéfices doivent aller au développement de l'hôtel, à la défense des animaux, aux handicapés et au « rayonnement de l'art français ». La famille de la défunte est toujours ignorée par la justice.

Dès 2013, alors qu'une administratrice judiciaire avait été nommée à la tête de l'établissement, la justice avait commencé à soupçonner des man?uvres autour de Jeanne Augier et de l'hôtel, au moment où sa propriétaire était placée sous tutelle. L'année suivante, Pierre Couette, spécialiste d'histoire de l'art originaire du Mans et tout jeune administrateur de l'hôtel à l'époque, était visé par une procédure pour « abus de faiblesse », licencié puis mis en examen en 2016. Il bénéficiera d'un non-lieu en mars 2020.

À LIRE AUSSIQui veut le magot du Negresco ?

Enquête p [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles