A Nice, le chantier géant de "forêt urbaine" sur les rails

·2 min de lecture

Christian Estrosi a pour idée de prolonger la "coulée verte" au centre-ville de Nice en rasant le théâtre national et le palais des congrès Acropolis l'an prochain afin de créer une "forêt urbaine" fin 2025.

A Nice, le projet choc du maire LR Christian Estrosi de prolonger la "coulée verte" au centre-ville en rasant le théâtre national et le palais des congrès Acropolis l'an prochain pour créer une "forêt urbaine" fin 2025, est désormais sur les rails. Candidat à un financement de l'Etat via le plan de relance, ce projet de végétalisation urbaine, très à la mode par temps de réchauffement climatique, a franchi une première étape avec la clôture de l'appel d'offres pour les cabinets d'architectes-paysagistes. Le lauréat sera désigné au dernier trimestre parmi cinq pré-sélectionnés.

Coût des travaux: 75,6 millions d'euros, selon le montant donné à titre indicatif par l'appel d'offres qui regroupe plusieurs opérations pour prolonger sur huit hectares la "Promenade du Paillon" --nom de la coulée verte existante-- inaugurée en 2013 par M. Estrosi et plébiscitée par les Niçois. Le maire de droite avait créé la surprise en annonçant ce projet en janvier 2020, au début de la campagne ayant mené à sa réélection. En France, plusieurs municipalités écologistes ont lancé des programmes de végétalisation mais en privilégiant de "mini-forêts".

A Nice, le projet est critiqué par l'opposition. Le Rassemblement national a dénoncé les "travaux répétitifs et massifs" qu'il entraînerait après le coûteux chantier tout juste achevé fin 2019 de la nouvelle ligne de tramway. La gauche, sans élu désormais au conseil municipal, a elle accusé M. Estrosi de ne s'intéresser "qu'à la façade de la ville et de déplacer le béton vers l'ouest".

"Vos projets pharaoniques étaient déjà contestables avant la crise (sanitaire), maintenant alors que notre ville se désespère, ils ne sont plus acceptables! Ils nous endettent sur des décennies et contribuent au(...)


Lire la suite sur Paris Match