Nice: un badge de "nourrisseur" délivré aux personnes qui nourrissent les chats errants

S.B.-E.
·2 min de lecture
Zoé, un chat de 14 ans à la  SPA de Gennevilliers, le 13 août 2019. (Photo d'illustration) - Olivier MORIN © 2019 AFP
Zoé, un chat de 14 ans à la SPA de Gennevilliers, le 13 août 2019. (Photo d'illustration) - Olivier MORIN © 2019 AFP

Le blason de la ville à côté d'un chaton: depuis fin janvier, les personnes nourrissant les chats en liberté à Nice sont soumis à une autorisation matérialisée par un badge destiné à les aider et à tenter de régler le problème des chats errants.

Pour obtenir cette carte annuelle gratuite, la "charte pour les nourrisseurs bénévoles de chats libres sur le territoire de Nice" impose de faire partie d'une association de protection animale. Comme autre condition, la personne s'engage à "signaler tout chat non stérilisé". Elle doit aussi enlever et nettoyer après usage les récipients contenant la nourriture, mettre à boire, et ne pas laisser de nourriture à l'air libre "qui risque d'attirer d'autres animaux tels que goélands et rats".

Environ 450 chats errants stérilisés l'an dernier

"J'ai voulu tenter de régler le problème des chats errants, sans méchanceté et je passe par l'aide aux gens qui les nourrissent", explique Henry-Jean Servat, l'écrivain et journaliste parisien devenu conseiller municipal niçois en charge de la protection animale depuis l'élection en 2020 de Christian Estrosi (LR) pour un troisième mandat.

"La carte ne donne aucun avantage, si ce n'est la considération de la ville pour les chats et ceux qui les nourrissent", dit-il. Une fois élu, il a découvert un important courrier adressé par des nourrisseurs, "souvent des femmes un peu âgées en butte aux critiques et à la méchanceté des syndics sous prétexte des nuisances olfactives".

"Moi aussi, j'aimerais qu'il n'y ait plus de pipis, plus d'odeurs et une des façons d'y parvenir est que les chats ne prolifèrent pas", estime-t-il. L'an dernier, environ 450 chats en état de divagation ont été stérilisés sur la commune.

"On n'a pas le droit d'empêcher de nourrir les chats"

"Il y a encore des gens qui pensent que c'est interdit de nourrir les chats! Mais c'est un animal domestique! On n'a pas le droit d'empêcher de nourrir les chats, et je veux que les personnes qui font cette oeuvre utile, souvent avec beaucoup de tendresse, ne se sentent plus seules et puissent le faire la tête haute", ajoute-t-il.

Depuis octobre, la maraude municipale hebdomadaire auprès des sans-abri est doublée d'une maraude baptisée "Les croquettes du soleil" qui distribue de la nourriture pour les compagnons à quatre pattes des personnes sans domicile fixe. Les nourrisseurs de chats pourront avoir des croquettes sur ce contingent.

Les chats errants ont animé récemment les débats à l'Assemblée nationale lors de l'examen de la proposition de loi contre la maltraitance animale passée depuis au Sénat. Le texte impose à chaque commune de disposer d'une fourrière ou d'un refuge pour les chiens et chats trouvés.

Article original publié sur BFMTV.com