Nicaragua: des ONG dénoncent un régime autoritaire qui «exécute extrajudiciairement»

·2 min de lecture

Selon un rapport de la Fédération internationale pour les droits humains et du Centre nicaraguayen des Droits de l'Homme publié jeudi 11 février, le Nicaragua est désormais dans un régime autoritaire depuis 2018. Les violations des droits de l’Homme et la répression de l'opposition même devenue systématique depuis le mouvement antigouvernemental contre le président Daniel Ortega.

En 2018, 328 personnes ont trouvé la mort lors des manifestations antigouvernementales. Parmi celles-ci, 113 ont été documentés par le rapport de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et du Centre nicaraguayen des Droits de l'Homme (CENIDH), comme des « exécutions extrajudiciaires », selon la FIDH.

« Nous avons conclu qu'il s'agissait d'exécutions extrajudiciaires qui constituent des crimes contre l'humanité, explique Jimena Reyes, directrice Amériques de la FIDH. Les responsables de ces assassinats de 2018 sont les mêmes qui aujourd'hui, en 2021, terrorisent la société civile et l'opposition. »

Car selon les deux ONG, 2018 a constitué un moment charnière pour le pays. Un arsenal de lois a depuis réduit la liberté d'expression et mis des bâtons dans les roues des associations. Entre détentions arbitraires, enlèvements et refus d'assistance médicale aux blessés, un climat de terreur a été orchestré au plus haut de l'État, selon les organisations. Et cela avec l'appui des forces de l'ordre et de groupes paramilitaires.

Pour l'avocate Vilma Nuñez, présidente du CENIDH, organisation qui n'est plus autorisée au Nicaragua depuis 2018, « cela répond à un plan qui vise à contrôler, à neutraliser et éliminer les personnes considérées comme opposées au régime ».

Pour les deux organisations, le Nicaragua ne pourra pas sortir de la crise actuelle si ces crimes restent impunis. Elles demandent à la communauté internationale de ne pas fermer les yeux et de maintenir la pression sur le gouvernement de Daniel Ortega, à l'approche des élections générales du 7 novembre 2021.

À lire aussi : Nicaragua: perpétuité pour les crimes «haineux», l'opposition s'indigne