Les NFT : ces nouveaux jetons qui enflamment le marché de l’art

·1 min de lecture

Articles de presse, œuvres numériques, ou encore tweets s’échangent désormais à prix d’or grâce aux NFT (actifs non fongibles). Que sont ces nouveaux jetons qui pourraient être le futur des collectionneurs ? Marianne vous explique tout.

" Je suis en train de configurer mon twttr. " Ce tweet de Jack Dorcey, créateur de la plateforme est le premier message à être publié sur le réseau social. Quinze ans plus tard, il est vendu pour la coquette somme de 2,9 millions de dollars. Le premier tweet de l'histoire vient d'être transformé en un NFT (Non-Fungible-Token - jeton non fongible). Et si on en croit l’acquéreur sa valeur pourrait bien décupler. " Je pense que les gens ne vont réaliser que dans quelques années la vraie valeur de ce tweet, comme avec la Joconde " a déclaré un brin optimiste le malaysien Sina Estavi.Après d’autres ventes records en ce début d'année, une chose est sûre : le marché de l’art numérique, longtemps resté confidentiel, suscite de plus en plus d’engouement auprès du grand public.Le 11 mars l’œuvre baptisée " Everydays : The First 5,000 days" de l’artiste américain Scott Winkelmann alias Beeple, a été adjugée pour 69,3 millions de dollars chez Christie's. Le montant de cette vente – suivie par 20 millions de personnes - a fait l’effet d’une bombe. Et pour cause, ce prix faramineux est venu propulser l’artiste originaire de Caroline du Sud, sur la scène internationale de l’art contemporain, aux côtés des artistes les plus valorisés de la planète...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19