Publicité

Phimosis : ce qu’il faut savoir sur cette pathologie du prépuce

Le phimosis de l'enfant

En naissant, les garçons possèdent un prépuce plus long et un orifice plus étroit qu'à l'âge adulte. En règle générale, ce phénomène n'a aucune incidence particulière, d'autant plus qu'il disparaît normalement vers 5 ou 6 ans, voire parfois à la puberté, au cours de la croissance pénienne. Avec l'apparition des premières érections, le prépuce qui pouvait adhérer au gland finit par s'assouplir et par se décalotter plus aisément. Résultat : le phimosis s'estompe naturellement. Le fait qu'il persiste anormalement est souvent provoqué par des décalottages forcés qui augmentent les adhérences du prépuce.

Le phimosis de l'adulte

Certes, le phimosis de l'enfant peut perdurer à l'âge adulte s'il n'a pas fait l'objet d'une prise en charge médicale adaptée. Mais il peut également résulter :

  • d'une balanite,

  • d'un lichen scléreux,

  • d'un traumatisme du prépuce.

Quels symptômes ?

Lorsque le phimosis perdure au-delà de 5 ou 6 ans, il peut se manifester par :

  • une difficulté à uriner : ce phénomène est provoqué par un prépuce trop resserré autour du gland,

  • un paraphimosis : il s'agit d'un étranglement du gland par le prépuce. Il survient principalement après une érection ou un décalottage provoqué chez les personnes présentant un phimosis. Le recalottage s'avère alors impossible et le gland ainsi étranglé enfle. Le patient ressent une vive douleur. Une prise en charge en urgence est indispensable.

  • une balanoposthite : cette inflammation du gland et du prépuce se manifeste par des sensations de brûlure à la miction, voire par un écoulement.

Chez l'adulte, le phimosis peut se traduire par des douleurs à l'érection, altérant par conséquent la vie sexuelle du patient. Non traitée, cette atteinte préputiale augmente les risques de cancer de la verge.

Quels facteurs de risques ?

Les principaux facteurs de risques de développer un phimosis persistant sont :