New York. Spike Lee accusé de promouvoir des théories complotistes sur le 11 Septembre

·1 min de lecture

Le réalisateur états-unien signe un documentaire en quatre volets sur New York diffusé depuis dimanche 22 août par HBO. Il y donne longuement la parole à un collectif qui affirme que les tours jumelles ont été démolies de façon contrôlée. Face aux critiques, il dit revoir le montage du dernier épisode.

[Article mis à jour le 26 août.]

“Le nouveau documentaire de Spike Lee offre à un complotiste notoire sa plus importante tribune à ce jour”, titre Slate. La chaîne HBO a diffusé dimanche 22 août le premier volet de NYC Epicenters 9/11-2021½, un documentaire de près de huit heures (en quatre épisodes) du célèbre réalisateur africain-américain, consacré à la ville de New York durant la pandémie de Covid-19 et au moment des attentats du 11 septembre 2001.

À lire aussi: États-Unis. Covid-19 : un traumatisme pire que le 11 Septembre

Dans le dernier épisode, qui doit être diffusé le 11 septembre 2021, Spike Lee consacre une trentaine de minutes à une confrontation de points de vue sur l’effondrement des tours du Wall Trade Center. Il donne notamment la parole au collectif Architects & Engineers for 9/11 Truth (“Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11 Septembre”). Fondé par l’architecte américain Richard Gage en 2006, ce collectif “promeut la thèse complotiste selon laquelle les tours jumelles se seraient effondrées du fait d’une démolition contrôlée, dans le cadre d’un coup monté de l’intérieur”, explique Slate – et non en raison de l’impact des deux avions.

D’après Slate, les arguments du collectif (comme de supposées preuves d’explosions, ou encore l’effondrement du bâtiment 7 plusieurs heures après celui des tours jumelles)

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles