New York s’attaque à Airbnb pour résoudre sa pénurie de logements

À Manhattan, un appartement – du studio au quatre-pièces – se louait en juillet au prix mensuel moyen de 5 588 dollars (+ 9,3 % sur un an) et dans l'arrondissement de Brooklyn, plus à la mode, le loyer moyen a atteint 4 347 dollars (+ 11,9% sur un an), selon le cabinet immobilier Douglas Elliman. (Image d'illustration)  - Credit:FATIH AKTAS / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Si vous tentez de louer un appartement pour quelques jours de tourisme à Brooklyn ou à Manhattan, vous serez surpris du peu d'offres sur Airbnb ou sur la plateforme VRBO. La municipalité de New York, à l'instar de Paris, où se loger est un parcours du combattant, a mis en place cette semaine une loi qui interdit aux propriétaires de louer des dizaines de milliers de meublés touristiques pour une période inférieure à 30 jours. La nouvelle législation – plus stricte que celle de la Mairie de Paris où, depuis 2021, seules les résidences principales peuvent être louées librement 120 jours par an au maximum – autorise un propriétaire à louer une pièce de son appartement à condition qu'il soit chez lui durant tout le séjour.

En outre, les locataires touristiques ne peuvent pas être plus de deux et leur chambre doit rester accessible. Chaque propriétaire bailleur de courte durée doit s'enregistrer auprès de la mairie et lui verser une taxe de 145 dollars tous les deux ans.

7 500 dollars d'amende

Mais ces permis de louer n'ont été accordés pour l'instant qu'à à peine 10 % des candidats. Les amendes pour location illégale sont déjà prévues pour être d'un montant entre 1 000 et 7 500 dollars, mais elles ne frapperont que les propriétaires. La « Grosse Pomme » compte 8,5 millions d'habitants – sans compter les grandes banlieues résidentielles – et la crise du logement y est légendaire.

À Manhattan, un appartement – du studio au quatre-pièces – se louait en juillet au pri [...] Lire la suite