Des neutrinos cosmiques naissent dans des éruptions de quasars

·2 min de lecture

La Russie possède un long héritage en radioastronomie aussi bien pour l’étude des noyaux actifs de galaxies que dans le cadre du programme Seti, avec notamment le regretté Nikolaï Kardashev. Elle l’a prouvé à nouveau ces dernières années avec la mission RadioAstron dont le responsable scientifique était l’astrophysicien russe Yuri Kovalev, qui dirige actuellement le Laboratory of Fundamental and Applied Research of Relativistic Objects of the Universe, un département de recherche du mythique Moscow Institute of Physics and Technology (MIPT, Russian: Московский Физико-Технический институт), connu de manière informelle sous le nom de PhysTech (Физтех), et où enseignaient notamment les prix Nobel de Physique Lev Landau et Vitaly Ginzburg.

Comme le rappelait dans une interview il y a quelques années Yuri Kovalev, l’une des techniques fondamentales de la radioastronomie moderne, qui a d’ailleurs permis le succès de la collaboration Event Horizon Telescope qui a réussi à imager pour la première fois un trou noir supermassif au cœur d’un noyau actif de galaxie, M87*, a été proposée en 1962 par Leonid Matveenko, Nikolai Kardashev, et Gennady Sholomitskii, avec le soutien du radioastronome ukrainien et soviétique Iossif Chklovski du célèbre Institut Shternberg.

Cette technique, c’est l'interférométrie à très longue base (ou VLBI pour Very Long Baseline Interferometry) qui permet de combiner les observations de plusieurs radiotélescopes répartis sur la planète, comme si on disposait d’un télescope géant. Cependant, en raison de problèmes de sécurité, la publication à ce sujet a été retardée jusqu'en 1965, de sorte que l’on explique généralement que les premiers à faire de la VLBI furent les Canadiens en 1967.


Le radiotélescope RATAN-600. © Victor Endorphin

Yuri Kovalev et ses collègues annoncent aujourd’hui dans un communiqué du MIPT qu’ils ont fait une découverte importante en utilisant et analysant des observations de type VLBI faites notamment avec le plus grand...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles