Neurosciences : chaque cerveau possède sa propre empreinte

·1 min de lecture

Chaque individu possède sa propre “empreinte cérébrale” unique, permettant de l’identifier (presque) exactement comme les empreintes digitales au bout de ses doigts. Passer 1min40 dans un scanner IRM suffirait à l’établir.

De nombreux smartphones sont aujourd’hui pourvus de lecteurs d’empreintes digitales, permettant à l’objet de “reconnaître” son propriétaire. Cette identification repose sur les dermatoglyphes de nos doigts : du grec derma signifiant la peau et gluphê signifiant la gravure, ces crêtes, nos empreintes digitales, forment des motifs uniques, propres à chaque individu.

EN CHIFFRES : Chaque doigt ayant sa propre empreinte, la probabilité que deux individus possèdent les mêmes empreintes digitales est, littéralement, infinitésimale : on l’estime à une chance sur 64 milliards.

Un chercheur de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Enrico Amico, a découvert au cours de ses travaux en neurosciences que chaque cerveau possède un équivalent d’empreinte digitale : une “empreinte cérébrale”, permettant d’identifier les individus, qui évoluerait dans le temps.

Les connectomes, cartes de connexions neuronales

Comme vous vous en doutez, on ne peut pas observer ces empreintes cérébrales grâce à de l’encre et une feuille de papier : leur étude passe par un scan en IRM fonctionnelle (IRMf), c’est-à-dire qui permet de visualiser l’activité cérébrale. Les données récupérées en IRMf peuvent être rassemblées en une sorte de résumé visuel de l’activité du cerveau sur une période donnée, sous la forme d’une matrice colorée.

En neuroscience des réseaux, discipline également connue sous le nom de connectomique du cerveau, ces matrices colorées sont ce que l’on nomme des connectomes cérébraux fonctionnels. Enrico Amico explique que “le connectome est une carte des réseaux neuronaux. En l’observant, il est possible de déterminer ce que la personne est en train de faire durant son scanner. Si elle est inactive ou si elle exécute une tâche par exemple. Les connectomes changent en fonction de l’exercice cérébral et des régions sollicitées.


Représentation des connectomes cérébraux fonctionnels. Crédit : 2021 EPFL, Enrico Amico

Identifier un individu grâce à son empreinte cérébrale

C’[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles