Comment la neurocosmétique soigne-t-elle la peau et le moral ?

© Pixabay

Et si les crèmes ne servaient pas uniquement à embellir la peau ? Cela fait déjà quelques années que le terme "neurocosmétique" a surgi dans l'univers de la beauté, plus précisément à la fin des années 1990. De quoi s'agit-il ? D'une cosmétique qui s'intéresse aux interactions entre les cellules de la peau et le système nerveux cutané.

Naissance de la cosmétique joyeuse

Les chercheurs ont découvert que la peau et le cerveau étaient formés en même temps au 21e jour de l'embryon. Et il y aurait donc une relation privilégiée entre notre peau et notre cerveau, ce qui pourrait d'ailleurs expliquer l'expression "avoir les nerfs à fleur de peau". Les chercheurs et l'industrie cosmétique travaillent désormais sur l'analyse sensorielle en regardant ce que l'on ressent quand on applique une crème et pour produire celle qui nous procure le plus de plaisir. Et c'est, comme le dirait le président de la cosméto tech, Jean-Claude Le Joliff, la naissance de la cosmétique joyeuse.

Les crèmes activent "le circuit de la récompense"

"Quand vous allez appliquer quelque chose sur la peau, cette dernière va produire tout un tas de substances qui peuvent avoir des effets qui sont un petit peu plus lointains si vous voulez, justement en provoquant la sécrétion de certains types de substances comme ces endorphines", explique-t-il sur Europe 1. Des études ont montré que, quand on met le doigt dans un pot de crème, tout un tas de choses favorables s'allument dans la tête. C'est ce qu'on appelle globale...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles