Les neuf dernières années sont parmi les dix plus chaudes jamais enregistrées

·2 min de lecture

Des données de l'Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA) soulignent une fois encore l'ampleur du réchauffement climatique.

Les neuf dernières années font partie du "top 10" des années les plus chaudes jamais enregistrées sur Terre, et 2021 se place au sixième rang, selon le rapport annuel d'une agence scientifique américaine de référence, publié le 13 janvier 2022.

Une même histoire

Ces données de l'Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA) soulignent une fois encore l'ampleur du réchauffement climatique, ont martelé les experts. Et elles confirment la grande tendance observée par les analyses de la Nasa, rendues publiques simultanément, ainsi que celles du service européen Copernicus d'observation de la Terre, révélées lundi.

Malgré de légères différences dans leurs classements, toutes ces agences racontent la même histoire, à savoir "que la planète s'est réchauffée de façon spectaculaire", a déclaré lors d'une conférence de presse Russell Vose, responsable de la surveillance du climat chez NOAA. Et "tout cela est entraîné par des concentrations en hausse de gaz emprisonnant la chaleur", comme le CO2, a-t-il ajouté.

Les huit dernières années sont les plus chaudes enregistrées depuis le début des relevés en 1880, selon NOAA. Et les neuf années allant de 2013 à 2021 font partie du "top 10" - la dixième année manquante ne remontant pas à loin, puisqu'il s'agit de 2010 (classée en neuvième position). Selon NOAA, 2021 se trouve elle en sixième place. La température moyenne enregistrée l'année dernière a ainsi été de 1,04°C supérieure à l'ère pré-industrielle (1880-1900). Or l'objectif de l'accord de Paris est de contenir le réchauffement "nettement" sous +2°C, et si possible à +1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle. "A un moment durant les années 2030, ou bien sans aucun doute d'ici le début des années 2040, le moyenne mondiale des températures va de façon quasi-certaine excéder 1,5°C", a estimé Russell Vose.

Les engagements de réduction d'émissions pris par les différents pays, dont ceux annoncés à l'occasion de la COP26 en novembre, laissent pour le moment le mon[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles