Comment Netflix mise sur l'animation pour reconquérir des abonnés

Guillermo del Toro sur le tournage du film
Guillermo del Toro sur le tournage du film

Un mois à peine après avoir supprimé 70 postes dans leur division animation, et annulé une dizaine de projets, dont une adaptation de la BD Bone, Netflix a profité de la journée de mercredi pour présenter au festival d'Annecy ses nouvelles productions, réaffirmant au passage, dans un grand numéro de communication, à quel point celles-ci sont "coûteuses" et donc "innovantes".

Une formule très marketing, tant l'essentiel des séries et films présentés mercredi exploite peu les possibilités infinies l'animation, mais qui traduit la stratégie de Netflix. Guillermo del Toro , dont le "Pinocchio" en "stop motion" est très attendu sur la plateforme, l'exprime de façon plus directe:

"L'animation n'est pas un putain de genre" cinématographique, "c'est du cinéma" à part entière. (...) Ce sera notre mantra pour la décennie à venir."

En pleine croissance pendant plusieurs années, Netflix a annoncé en avril dernier avoir perdu 200.000 abonnés au premier trimestre 2022. Pour rester compétitif, le géant du streaming semble désormais miser plus que jamais sur ses productions animées pour redresser la barre et attirer un nouveau public.

Organisant pour la première fois au festival d'Annecy une conférence de présentation de son catalogue, la plateforme s'est targuée d'"entrer dans l'Histoire".

Insistant bien tout au long de cette présentation sur l'optimisme contenu dans ces futures productions, les dirigeants de Netflix ont dévoilé un line-up censé séduire de 7 à 77 ans, des fans de La Pat'Patrouille aux amateurs de Love, Death & Robots. L'accent a aussi été mis sur les productions incluant personnages qui reflètent la diversité de notre monde.

• Pinocchio, ou l'éloge de la désobéissance

Les premières images de Pinocchio, ambitieuse adaptation du célèbre conte de Carlo Collodi en comédie musicale et stop-motion par Guillermo del Toro constituaien le clou du spectacle.

Le cinéaste mexicain n'est pas venu les mains vides à Annecy. Il avait avec lui un extrait où Geppetto rencontre Pinocchio. Une séquence en partie muette, s'attachant aux gestes du vieux sculpteur, et baignée dans une lumière automnale. Il a également montré une bande-annonce aux images inachevées, car le film, attendu en fin d'année, est encore en tournage.

Transposé en pleine montée du fascisme dans les années 1920, son Pinocchio sera "un conte sur l'importance de la désobéissance", a-t-il assuré. C'est un projet que le cinéaste rêve de tourner depuis quinze ans et avec lequel ce grand amateur des arts graphiques souhaite repousser les limites du cinéma d'animation.

"J'ai demandé à ce qu’on anime les silences, les gestes inutiles du quotidien... J'ai voulu que l'on anime tout ce que l’on n'anime jamais au cinéma", a-t-il raconté.

• Le choc "Nimona"

Quelques autres projets retiennent l'attention. En premier lieu Nimona, dont un premier teaser, très bref, a été dévoilé et annonce un film très impressionnant visuellement, dans la lignée de Spider-Man: New Generation.

Nimona est l'adaptation d'une BD de ND Stevenson (éditée en France chez Dargaud). ​​Un chevalier est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. La seule personne qui peut l'aider à prouver son innocence est Nimona, une adolescente métamorphe qui pourrait aussi être un monstre qu'il a juré de tuer…

Le projet débuté au sein du studio Blue Sky, avant que Disney ne le ferme l'année dernière, a été relancé il y a quelques mois par Netflix. "Nous nous sommes refusés à ce que Nimona meurt", ont lancé sous les applaudissements des festivaliers les réalisateurs Nick Bruno et Troy Quane. Diffusion prévue en 2023.

• "Le Dragon de mon père", un conte pour enfants

Autre film très intriguant, destiné, lui, à un public plus jeune, Le Dragon de mon père est l'adaptation d'un classique de la littérature enfantine britannique par Ruth Stiles Gannett. On y suit les aventures d’un jeune garçon ​​qui s'enfuit à Wild Island pour sauver un bébé dragon.

Graphiquement dans la lignée de Klaus, Le Dragon de mon père s'annonce féérique, avec un style à la fois naïf et semi-réaliste. On remarque aussi une utilisation très délicate des couleurs, ainsi qu'un style graphique très précis et un travail sur la lumière très stylisé, comme dans une pièce de théâtre.

Sa réalisatrice, l'Irlandaise Nora Twomey, connue pour Parvana, une enfance en Afghanistan, doublement récompensé à Annecy en 2018, dit s'être inspirée du Magicien d'Oz, de O'Brother des frères Coen et du Géant de fer. Ce conte tendre et émouvant sera disponible cet automne.

• Le retour de "L'Étrange Noël de Monsieur Jack"

Tout aussi intriguant est le retour de Henry Selick, légende vivante du cinéma en stop motion. Le réalisateur de L'Étrange Noël de Monsieur Jack et de Coraline achève le tournage de Wendell & Wild, l'histoire de deux démons doublés en anglais par Jordan Peele et Keegan-Michael Key, "les deux humoristes les plus drôles du XXIe siècle", pour Henry Selick.

Inspiré par l'adolescence des deux enfants de Henry Selick, Wendell & Wild raconte l'histoire de deux démons qui tentent de s'enfuir des enfers. "Pour moi, la stop motion est la manière la plus magique de raconter des histoires. On dirait vraiment de la magie. C'est pour cette raison que je vais continuer à raconter mes histoires de cette manière", a expliqué cette légende du 9e Art.

• La Pat'Patrouille en version amérindienne

Destiné aux jeunes enfants, Spirit Rangers est une version amérindienne de La Pat'Patrouille chapeautée par Karissa Valencia et Chris Nee. My Dad The Bounty Hunter, imaginé par Everett Downing et Patrick Harpin, est une comédie de SF mettant en scène une famille noire de chasseurs de primes de l’espace. Deux séries également à fort potentiel.

• Kid Cudi en mode "Spider-Man: New Generation"

Le reste de la programmation, du moins en matière de longs métrages d'animation, apparaît plus sage. Le Monstre des mers, de Chris Williams (Les Nouveaux héros), une lettre d'amour aux grands récits d'aventure comme Indiana Jones et King Kong, reste assez convenu, malgré quelques bonnes séquences d'action face au fameux monstre.

Même constat pour Entergalactic, comédie romantique racontée dans le style de Spider-Man: New Generation, mais dont les premières images peinent à convaincre. Imaginé par Kid Cudi, ce film est attendu le 30 septembre prochain, le même jour que le nouvel album du rappeur.

"C'est une histoire d'amour située de nos jours, qui va vous permettre de retomber amoureux. Ce sera une romance entre deux personnages noirs", a promis Kid Cudi, avant d'assurer qu'il a "essayé de faire quelque chose de différent" avec ce film, qui sera selon lui une sorte de Quand Harry rencontre Sally pour la communauté noire.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Le même élément de langage a été employé par l'ex-superviseuse des effets visuels Wendy Rogers (Waterworld), venue présenter son premier film, The Magician’s Elephant. Louant la liberté créatrice de Netflix qui lui a permis de financer "un film très différent des autres", la cinéaste convoque néanmoins, d'après les extraits montrés, un univers graphique assez banal.

• Le Japon en embuscade

Conscient de l'impact du manga et des animes sur la culture populaire, Netflix mise enfin de plus en plus sur le Japon. Selon Kohei Obara, responsable de la division anime, plus de la moitié des 222 millions d'abonnés de la plateforme ont regardé en 2021 une série ou un film d'animation japonais sur Netflix. Pas moins de quarante contenus inédits seront ainsi dévoilés dans les prochains mois, dont une nouvelle saison de Jojo’s Bizarre Adventure.

Sans dévoiler tout son line-up, la plateforme a surtout évoqué sa prochaine création originale nippone, Les Murs vagabonds de Hiroyasu Ishida, le réalisateur du Mystère des pingouins (2019). L'histoire de Kosuke et Natsume, deux adolescents coincés dans une barre d'immeubles qui dérive dans l'océan après un cataclysme naturel. Diffusion prévue en septembre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles