Netflix : indigestion progressiste pour la génération Z ?

Une scène de « Stranger Things », série phare de Netflix. 
Une scène de « Stranger Things », série phare de Netflix.

À l'heure où Disney+ officialise l'arrivée d'une minisérie suivant les aventures d'une jeune super-héroïne musulmane, Netflix connaît une baisse d'abonnés imprévue durant le premier trimestre 2022. Si le géant du streaming a déjà organisé une stratégie de reconquête, il subit aussi les attaques du milliardaire Elon Musk, qui a estimé dans un tweet que « le virus woke rend Netflix irregardable ». Quid de la génération Z, cible principale de la plateforme et officiellement connue pour sa « tolérance » et son goût pour le progressisme ? Sur les réseaux sociaux, ils sont de plus en plus nombreux à se montrer assez acerbes face à une inclusivité qui sonnerait faux.

Nelson, bientôt 17 ans, est un grand amateur de la plateforme Netflix dont il « binge-watche » allègrement le contenu. Le lycéen seine-et-marnais, adepte des séries télé, semble pourtant agacé lorsqu'il parle des nouveautés de la plateforme. « Maintenant, je regarde les animés et les séries qui datent, sinon j'ai l'impression d'être sur Instagram ou Twitter », raconte l'adolescent. La référence aux réseaux sociaux, Nelson l'explique par une « overdose » de dénonciations et d'engagements qui l'empêcherait de parvenir à ce qu'il souhaite : s'évader le temps de quelques épisodes.

À LIRE AUSSIElon Musk et la liberté d'expression, une polémique qui ne date pas d'hier

Omar Sy dans le rôle-titre d'Arsène Lupin, sur Netflix. © Emmanuel Guimier/Netflix/The Hollywood Archive / Hollywood Archi / MAXPPP / PHOTOSH [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles