Netflix: "Bubble", l'étonnant film d'animation du réalisateur de "L'Attaque des Titans"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le film
Le film

C'est l'un des événements de la semaine: Netflix a dévoilé ce jeudi 28 avril Bubble, étonnant premier film d'animation réalisé par Tetsurô Araki, connu pour son travail sur les séries L’Attaque des Titans et Death Note.

Un film très attendu en raison de son équipe technique, qui réunit quelques-uns des animateurs les plus talentueux du moment. Animé par WIT, studio célébré pour ses adaptations de L'Attaque des Titans et de Ranking of Kings, Bubble réunit en coulisses Takeshi Obata (Death Note) au chara-design et Hiroyuki Sawano (Promare) à la musique.

Parkour dans un univers post-apocalyptique

Bubble se déroule dans un Tokyo isolé du monde, où une pluie de bulles a changé la loi de la gravité. La capitale japonaise, détruite par une série de catastrophes naturelles, est devenue le théâtre de diverses épreuves, les "Battlekour".

Dans cet univers dévasté et coupé du monde, des adolescents séparés de leur famille tuent le temps en s'affrontant dans des courses leur faisant traverser des immeubles détruits. Des scènes très impressionnantes, où les personnages volent au milieu des bulles.

"Comme pour L’Attaque des Titans, on s’est beaucoup inspirés du parkour, la discipline sportive et ses techniques acrobatiques", a expliqué le réalisateur Tetsurô Araki à 20 Minutes. "On s’est fait conseiller par Zen Shimada, un spécialiste de ces pratiques, afin de reproduire les mouvements dans un décor accidenté."

Variation sur "La Petite Sirène"

Le quotidien des personnages est bouleversé lorsque le talentueux Hibiki tombe dans l'océan. Il est sauvé in extremis par Uta, jeune femme aux pouvoirs mystérieux. Hibiki et Uta semblent unis par un lien étrange et entendent tous les deux la même chanson. Leur rencontre va changer le monde...

Bubble est présenté par Tetsurô Araki comme une variation sur La Petite Sirène: "Ce conte m’a inspiré parce qu’il me permettait de brosser le portrait d’un jeune homme mélancolique tombant amoureux d’une fille inaccessible, un sujet qui me parle." Mais pour le réalisateur, son plus grand défi "a été de mêler romantisme et action".

Habitué jusqu'à présent aux séries, Tetsurô Araki espère réaliser d'autres longs-métrages, bien que le rythme de production soit très exigeant: "Cela demande plus de rigueur car il faut avoir tout dans la tête dès le début du projet, ce qui permet un meilleur contrôle."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles