Netanyahu promet de torpiller l'accord maritime entre Israël et le Liban

© Gil Cohen-Magen, AFP (archives)

La conclusion d’un accord sur la démarcation de la frontière maritime entre le Liban et Israël ne dépend plus que de quelques détails, selon Beyrouth et Tel Aviv. Sauf que l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui espère revenir au pouvoir à la faveur des élections législatives du 1er novembre, fait activement campagne contre le processus parrainé par les États-Unis.

Le gouvernement israélien et le pouvoir libanais l’assurent : les deux pays voisins, toujours techniquement en guerre depuis un armistice conclu en 1949, sont en passe de régler le contentieux autour du tracé de leur frontière maritime.

Les négociations indirectes menées depuis plus de deux ans, par l'intermédiaire du médiateur américain Amos Hochstein mandaté par la Maison Blanche, ont pris une tournure positive ces dernières semaines au point qu’un accord ne dépendrait plus que de quelques détails et amendements selon les médias locaux.

Les principaux ministres du gouvernement israélien doivent se réunir jeudi pour discuter du projet d'accord et des amendements proposés par Beyrouth.

Sauf que ce dossier est devenu crucial aux yeux des Occidentaux dans un contexte international marqué par les tensions sur les marchés de l’énergie et l’envolée des prix du gaz depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, principal fournisseur des alliés européens de Washington.


Lire la suite sur FRANCE24

Lire aussi:
Gaz offshore : "un accord entre le Liban et Israël arrangerait toutes les parties, même le Hezbollah"
Gaz offshore : la frontière maritime entre le Liban et Israël au cœur de nouvelles tensions
Gaz offshore : le Liban dos au mur avant des discussions avec Israël sur la frontière maritime