Netanyahu accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter

·2 min de lecture

Le Premier ministre d'Israël, Benjamin Netanyahu, a averti lundi que son pays "frappera" l'Iran "partout dans la région", après avoir accusé ce pays d'être à l'origine d'une explosion à bord d'un navire israélien la semaine dernière en mer d'Oman.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l’Iran, lundi 1er mars, d'être à l'origine de l'explosion la semaine dernière sur un navire israélien en mer d'Oman et promis une riposte contre des intérêts iraniens "partout dans la région".

Le MV Helios Ray, un bateau israélien transportant des véhicules, effectuait le trajet entre la ville saoudienne de Dammam et Singapour au moment où l'explosion a eu lieu au large du sultanat d'Oman, selon Dryad Global, une société spécialisée dans la sécurité maritime.

>> À lire : L'Iran au menu du premier appel entre Joe Biden et Benjamin Netanyahu

La mer d'Oman est située entre l'Iran et Oman, à la sortie du stratégique détroit d'Ormuz par lequel transite une grande partie du pétrole mondial et où opère une coalition dirigée par les États-Unis.

"L'Iran n'aura pas l'arme nucléaire"

"Il est clair que c'est un acte iranien. Et pour ce qui est de ma riposte, vous connaissez ma politique. L'Iran est le plus grand ennemi d'Israël et je suis déterminé à l'arrêter et nous allons le frapper partout dans la région", a déclaré Benjamin Netanyahu lors d'une interview à la radio.

"Plus important encore, l'Iran n'aura pas l'arme nucléaire, que ce soit dans un accord ou sans accord. C'est ce que j'ai dit à mon ami, le président (américain Joe) Biden", a ajouté le chef du gouvernement israélien, actuellement en campagne pour les législatives du 23 mars.

>> À voir : Nucléaire iranien : la désescalade ?

Le Premier ministre s'exprimait après des frappes nocturnes attribuées à Israël contre des éléments pro-iraniens en Syrie voisine. Samedi, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a évoqué l'hypothèse d'une attaque de l'Iran contre le bateau à l'heure où Téhéran tente, selon les autorités israéliennes, de faire monter la pression afin de renégocier à son avantage avec Washington l'accord sur son programme nucléaire.

Avec AFP