Net repli en Europe, les investisseurs repris par les doutes

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN NET REPLI
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN NET REPLI

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net repli jeudi, les progrès continus de la pandémie de coronavirus et les craintes qu'ils suscitent pour l'économie ayant favorisé les prises de bénéfices après la hausse soutenue des séances précédentes.

À Paris, le CAC 40 a perdu 1,52% (82,64 points) à 5.362,57 points. A Londres, le FTSE 100 a cédé 0,68% et à Francfort, le Dax a reculé de 1,24%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 1,13%, le FTSEurofirst 300 0,71% et le Stoxx 600 0,88%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street cédait elle aussi du terrain: le Dow Jones reculait de 0,51%, le Standard & Poor's 500 de 0,48% et le Nasdaq Composite de 0,11% après un début de séance positif.

Après la phase d'euphorie du début de semaine liée aux annonces de Pfizer et BioNTech sur l'efficacité de leur candidat vaccin contre le coronavirus, les investisseurs ont été rattrapés par des nouvelles plus sombres sur l'évolution de la pandémie, comme le maintien du nombre quotidien de nouveaux cas aux Etats-Unis au-dessus de 100.000, les nouvelles mesures de distanciation sociale annoncées à New York ou la confirmation quasi assurée du confinement en France.

LES INDICATEURS DU JOUR

Plusieurs indicateurs économiques ont parallèlement alimenté les doutes des marchés sur la possibilité d'une reprise rapide, comme la baisse inattendue de la production industrielle dans la zone euro en septembre ou le rebond un peu inférieur aux attentes du produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni au troisième trimestre.

Aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont ralenti un peu plus qu'attendu la semaine dernière et les prix à la consommation sont restés stables en octobre.

VALEURS

Parmi les reculs les plus marqués du jour en Europe se trouvent des secteurs qui avaient profité à plein du rebond des séances précédentes, comme les bancaires, dont l'indice Stoxx a reculé de 1,97%, la consommation non contrainte(-1,24%) ou la distribution (-1,35%).

A Paris, BNP Paribas (-3,76%) et LVMH (-2,99%) figurent parmi les plus fortes baisses du CAC 40.

Dans l'actualité des résultats, le conglomérat industriel allemand Siemens a perdu 3,23% en dépit de bénéfices supérieurs aux attentes dans ses activités industrielles, ses prévisions ayant déçu certains investisseurs.

A la hausse, Ubisoft (+4,61%) enregistre la meilleure performance du SBF 120 après les débuts réussis du nouvel opus de la franchise "Assassin's Creed".

CHANGES

Le dollar cède du terrain face aux autres grandes devises (-0,17%) et l'euro remonte à plus de 1,18, reprenant la majeure partie du terrain perdu la veille après le discours de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, perçu comme une confirmation de l'hypothèse d'une nouvelle augmentation des achats d'actifs de la BCE le mois prochain.

La livre sterling est orientée à la baisse après les chiffres du PIB britannique et dans la perspective d'une probable prolongation supplémentaire des pourparlers entre Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit.

TAUX

Sur les marchés obligataires, la séance a été marquée par un repli des rendements de référence après la forte hausse des derniers jours: celui du Bund allemand à dix ans a reculé de trois points de base à -0,535%, s'éloignant du plus haut d'un mois touché mercredi à -0,456%, et son équivalent américain retombe de huit points à 0,911%.

Ce dernier a amplifié son repli après les déclarations de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, au forum organisé par la BCE, sur la persistance des risques malgré les bonnes nouvelles concernant le vaccin.

PÉTROLE

Le marché pétrolier a réduit ses gains après l'annonce par l'Energy Information Administration (EIA) américaine d'une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (+4,3 millions de barils alors quele consensus tablait sur une baisse de 913.000 barils).

Le Brent gagne 0,71% à 44,11 dollars le baril après avoir atteint 44,50 et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,92% à 41,83 dollars contre 42,19 au plus haut du jour.

(Marc Angrand)