Publicité

Nestlé reconnaît avoir désinfecté ses eaux minérales avec des traitements interdits, l’exécutif était au courant

Hépar, Vittel, Perrier, Contrex… Ces eaux en bouteilles ont probablement été contaminées avant d’être purifiées illégalement. Nestlé a avoué avoir "enfreint la réglementation pour maintenir la sécurité de ses eaux", comme l’a révélé le journal Les Échos lundi 29 janvier. L’association de défense des consommateurs Foodwatch a annoncé porter plainte pour "tromperie".

Des risques de contamination

Après le signalement d’un salarié d’une usine du groupe Alma en décembre 2020, une enquête a été ouverte par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les investigations ont permis de découvrir que Nestlé avait recours à des traitements non conformes à la réglementation de ses eaux en injectant du sulfate de fer et du CO2 industriels. L’entreprise utilisait également du charbon, des ultraviolets et effectuait une microfiltration inférieure aux seuils autorisés. Elle aurait aussi mélangé les eaux minérales avec de l’eau du robinet. Lors de l’inspection de la DGCCRF, des représentants de Nestlé ont avoué devoir "laver" les eaux pour pouvoir les vendre sans risque. Ces eaux seraient régulièrement contaminées par différentes bactéries comme Escherichia Coli ou par des polluants chimiques.

La situation actuelle de Nestlé

Le gouvernement serait au courant de cette affaire depuis plus de deux ans. D’après les informations du Monde et de Radio France, une réunion interministérielle s’est tenue en février 2023 pour aborder les pl...


Lire la suite sur LeJDD