"Ce n'est plus la priorité": la baignade dans la Seine d'Anne Hidalgo officiellement reportée

Le grand plongeon ne se fera finalement pas en juin. La baignade dans la Seine de la maire de Paris Anne Hidalgo, initialement prévue le 23 juin ou le 30 juin, n'aura pas lieu aux dates prévues. En cause: l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale et des élections législatives anticipées.

La baignade prévue fin juin ne convenait déjà plus en raison d'un fort débit d'eau et du manque d'ensoleillement qui ne permettaient pas à Anne Hidalgo de faire le grand plongeon. Si le 30 juin était encore potentiellement d'actualité, le premier tour des élections a balayé les plans de l'édile socialiste.

Lors de sa baignade dans la Seine, la maire de Paris aura aussi "une expression politique", précise cette deuxième source. Impossible donc de nager dans la Seine le jour du scrutin, où les élus observent une période de réserve dans les médias.

"Ce n'est plus la priorité", explique une source à l'Hôtel de ville à BFM Paris Île-de-France. Une autre source ajoute également que l'arrêt d'une nouvelle date "n'a pas encore été tranché", alors que les Jeux olympiques arrivent à grands pas.

"Ce ne sera pas le 23 juin, on va laisser passer le cap des législatives", a justifié Anne Hidalgo, citée par Le Parisien, lors d'un déplacement ce mercredi 12 juin.

Des prélèvements quotidiens de l'eau de la Seine

La Seine accueillera la cérémonie d'ouverture le 26 juillet, puis les épreuves de triathlon, natation-marathon et paratriathlon. Néanmoins, beaucoup restent sceptiques notamment vis-à-vis de la qualité de l'eau et des conditions d'épreuves pour les athlètes.

Pourtant, depuis le 1er juin et la mise en service deux jours avant du bassin de rétention des eaux pluviales et usées d'Austerlitz, d'une capacité de 50.000 m3, des prélèvements quotidiens sont effectués en amont du site olympique.

En cas de précipitations intenses, de l'eau non traitée (soit un mélange de pluie et d'eaux usées) peut être rejetée dans le fleuve, un phénomène que les ouvrages de rétention ont vocation à empêcher.

Une présentation des résultats et de la méthodologie choisie est prévue cette semaine par la ville de Paris. Des résultats qui seraient "bons" selon une source à l'Hôtel de ville de Paris. La baignade dans la Seine pendant l'été est l'une des plus fortes retombées attendues de ces Jeux pour la population, mobilisant 1,4 milliard d'euros.

Emmanuel Macron invité

À l'origine, les maires d'Athènes, de Tirana ainsi que l'ambassadeur d'Allemagne devaient être de la partie pour accompagner Anne Hidalgo dans la Seine. De même pour les préfets de Paris Marc Guillaume et de police Laurent Nuñez. Reste à savoir s'ils seront toujours présents malgré ce report.

Enfin, pour le jour-J, Anne Hidalgo avait aussi invité Emmanuel Macron à la rejoindre. "Il sera le bienvenu s'il est là", avait-elle déclaré mi-mai.

Au-delà des JO, la baignade dans la Seine tend à se généraliser également aux nageurs parisiens et franciliens. Trois zones de baignade, gratuits, doivent ouvrir au public à l'été 2025 à Paris: le bras Marie, situé entre le Marais et l'île Saint-Louis, le quai de Bercy et le bras de Grenelle, non loin de la tour Eiffel.

Article original publié sur RMC Sport