"N'est pas Nicolas Sarkzoy qui veut" : Gérald Darmanin étrillé par un ex-ministre

·1 min de lecture

Rétablir la confiance avec les syndicats de police et renforcer la stature régalienne d’Emmanuel Macron. Pour répondre aux missions qui lui ont été confiées, Gérald Darmanin va loin. Peut-être trop. En pleine polémique sur le projet de loi “sécurité globale” et deux nouvelles affaires de violences policières, le ministre de l’Intérieur fait l’objet de nombreuses critiques. Dans L’Edito politique sur RTL, ce vendredi 27 novembre, le journaliste Olivier Bost a jeté son regard sur sa politique plus que controversée.

D’abord, l’éditorialiste a rappelé qu’il a “manié ce qu’il fallait de provocations pour aller chercher la gauche, embarrasser les Républicains, son ancienne famille politique, et rétablir la confiance avec les syndicats de police”. En juillet dernier, le ministre de l’Intérieur avait balayé d’un revers de la main les accusations qui pesaient sur la police. “Quand j’entends le mot violences policières, moi personnellement, je m’étouffe”, avait-il déclaré. Problème, “tout ça se retourne contre lui aussi rapidement que ses débuts ont été flamboyants”, a affirmé Olivier Bost, avant de rapporter les propos d’un ancien ministre : “N’est pas Nicolas Sarkozy qui veut”. Comme le relatait Le Progrès, le 21 novembre dernier, un député du MoDem regretterait également qu’il suive les traces de son mentor, l’ancien président de la République. Il veut “jouer à Sarkozy, mais il oublie qu’il n’a pas les mêmes électeurs et il s’en prend à des libertés. Cette fois, il est allé trop loin”, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Gil Alma (César Wagner) : avec Aminata, son épouse, ce fut un vrai coup de foudre !
VIDÉO - Ghislaine Arabian inquiète pour les restaurants : « Ça ne se finira pas bien »
The Crown prolongée ? L'indiscrétion qui va faire bondir William et Harry
Mort de Diego Maradona : cette photo intime qui crée la polémique
L'humoriste Sébastien Thoen parodie Pascal Praud et se fait virer par Canal+