"On n'est pas dans un monde messianique où l'école peut sauver la société"

·1 min de lecture

En hommage à Samuel Paty, France 2 a diffusé le film Les Héritiers, sorti en 2014. Un long-métrage dans lequel une professeure inscrit une classe difficile à un concours national sur la déportation et la résistance. Anne Anglès, professeure d'Histoire-Géographie et agrégée d'Histoire dans un lycée parisien, est l'enseignante qui a inspiré le personnage du film. Mercredi, elle était à la Sorbonne pour rendre hommage à son collègue, assassiné après un cours sur la liberté d'expression. Au micro de Patrick Cohen, sur Europe 1, elle revient avec émotion sur le drame qui a secoué le monde de l'enseignement et rappelle la place de l'école dans la société.

"Un espace de réflexion", pas un "sanctuaire"

"Cette cérémonie a été marquée par un chagrin immense. Ces mots écrits Liberté, Egalité, Fraternité, projeté avec une écriture d'enfant, cette photographie qui renvoyait à la photographie humaniste, c’est-à-dire qui le restituait dans sa salle de classe, en noir et blanc, dans son humanité, le regard qu'il posait sur ses élèves, ses mains ouvertes pour transmettre, c'était très beau", souffle-t-elle. "Cette famille soudée et tellement effondrée, c'était bouleversant."

>> Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen dans Europe midi en replay et en podcast ici

Durant la cérémonie, le président de la République a rendu hommage à Samuel Paty et à son métier d'enseignant. Des mots fédérateurs, salue Anne Anglès, qui tient à resituer la place de l'école dans la société. "Je ne sais pas s...


Lire la suite sur Europe1