"Il n'est pas fou": pour Hélène Carrère d'Encausse, Poutine était "convaincu que l'Ukraine n'existait pas"

Hélène Carrère d'Encausse, membre de l'Académie française, le 1er décembre 2016 à Paris.   - Eric FEFERBERG / AFP
Hélène Carrère d'Encausse, membre de l'Académie française, le 1er décembre 2016 à Paris. - Eric FEFERBERG / AFP

Que se passe-t-il dans la tête de Vladimir Poutine? Invitée mercredi soir sur l'antenne de BFMTV pour évoquer le conflit ukrainien, Hélène Carrère d'Encausse a tenté de décrypter la psychologie du président russe qui, à son avis, "n'est pas fou."

Selon elle, la logique de l'homme fort du Kremlin peut se résumer en "la négation d'un certain nombre de réalités." Comme l'explique le secrétaire perpétuel de l'Académie française, l'une des négations les plus importantes de Poutine est le refus de l'existence même de l'Ukraine.

"S’il y est allé, c’est parce qu’il était convaincu que l’Ukraine n’existait pas. On pouvait se promener jusqu’à Kiev et mettre le gouvernement dehors, mettre un pantin à la place, parce qu’il était convaincu qu’il n’y avait pas d’Ukraine", détaille-t-elle.

"Logique personnelle" et éducation "affaiblie"

Dans la suite de sa démonstration, Hélène Carrère d'Encausse souligne que Vladimir Poutine a depuis changé sa position à ce sujet, mais souligne que ce dernier se complaît désormais dans des contre-vérités historiques.

"Aujourd'hui, il déclare que s’il y a une Ukraine, c’est la faute de Lénine qui encourageait un nationalisme ukrainien, ce qui est une fantaisie historique tout a fait remarquable et qui démontre une éducation tout à fait affaiblie", attaque-t-elle.

De manière générale, l'académicienne martèle que Poutine "n'est pas fou", mais qu'il répond à des logiques qui lui sont propres, y compris en ce qui concerne son entêtement en Ukraine.

"Sa logique, c’est qu’il est engagé, qu’il pense que l’Ukraine ne tiendra pas le coup, il n’y croit pas. Il s’est installé dans l’idée qu’il peut gagner, mais tout dément ça. Mais ce n’est pas de la folie, c’est de la logique personnelle.

Article original publié sur BFMTV.com